"La petite Julienne", un site ludique pour les enfants

Inauguré par Mgr Jousten, le Jeudi Saint

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 1080 clics

La grande mystique belge, apôtre de l'eucharistie, Julienne de Cornillon, va maintenant à la rencontre des jeunes navigateurs en ligne grâce à son site www.lapetitejulienne.be inauguré hier, 28 mars, à l'occasion du Jeudi Saint, jour qui commémore l'institution de l'eucharistie par Jésus au Cénacle de Jérusalem, par Mgr Aloys Jousten, évêque de Liège.

"Ce site ludique pour les enfants leur permet de rencontrer Jésus vivant dans le pain et le vin. Symboliquement, le site a été lancé hier, jeudi Saint. Julienne est à la base de la Fête du Corpus Christi célébrée dans le monde entier", explique à Zenit l'auteur du projet, un père de famille, Jacques Galloy, responsable financier d'un groupe technologique.

Ce site web, développé par l’agence web Synchrone, propose notamment un dessin animé sur l’enfance de la sainte, des jeux en ligne pour petits et plus grands, des bricolages, ainsi qu’une randonnée thématique.

Et non sans humour: il existe deux versions françaises de la bande son du film, dont l’une - l’originale - avec l’accent… liégeois !

Mgr Jousten a rappelé que la Fête-Dieu - ou fête du Saint-Sacrement -  avait été célébrée, par une procession sur le Rhin, à Cologne, avant de l’être à Liège.

« Comme il est dit dans le film ‘Oui, Julienne, Jésus est vraiment dans le pain !’ : les enfants nous aident souvent à prendre mieux conscience de la réalité : pour eux, pas de doute, Jésus est une personne vraiment vivante. J’espère que, grâce à ce livre et à ce site, la Belgique va continuer à recevoir ce que Julienne peut nous apporter, aux enfants comme aux adultes », a commenté l'évêque.

Les auteurs prévoient de produire également la suite de la vie de sainte Julienne.

Sainte Julienne du Mont-Cornillon, vierge (1192-1258) fait en effet partie des “saints de l’Eucharistie”, et elle tient une place à part. Elle porte le nom du monastère des Augustines du Mont-Cornillon, en Belgique, près de Liège, qui l’accueillirent avec sa sœur Agnès, à la mort de leurs parents: elle avait cinq ans. Comme les religieuses soignaient les lépreux, les petites orphelines vécurent d’abord à part, à la ferme. Mais à quatorze ans, Julienne fut admise parmi les sœurs.

Une vision dont elle fut favorisée est à l’origine de ses efforts pour faire instituer la Fête-Dieu en l’honneur du Saint-Sacrement. Avec l’aide d’Eve de Liège, la fête fut introduite dans le diocèse en 1246. En 1264, près la mort de Julienne, le pape Urbain IV, ancien archidiacre de Liège, Jacques Pantaléon, l’étendra à toute l’Eglise.

Devenue prieure, Julienne se heurta à de cruelles incompréhensions. Ses visions, et son interprétation rigoureuse de la règle augustinienne, la firent chasser deux fois du monastère. La première fois, l’évêque la rappela. Mais, en 1248, elle se réfugia dans le Namurois, auprès d’un monastère cistercien, puis elle se fit recluse à Fosses, où elle passa de ce monde à l’autre, un 5 avril. C'est bientôt sa fête liturgique.