La peur de l’avenir, un défi pour la pastorale de la santé

Rencontre internationale des aumôniers de la santé d’Europe

| 1711 clics

ROME, Lundi 20 septembre 2010 (ZENIT.org) - « Tant de personnes redoutent l'avenir, en ont peur, car elles le voient incertain, peu sûr », déclare Mgr Zygmunt Zimowski, président du conseil pontifical pour la pastorale des services de la santé, dans un message envoyé à l'occasion de la rencontre : « L'aumônerie demain : donner et recevoir », organisé à Londres par le Réseau européen des aumôneries de santé, une organisation à caractère interconfessionnel réunissant 46 aumôneries œuvrant dans 29 pays.

« Pour ceux d'entre nous qui sont impliqués dans la pastorale de la santé, lit-on dans le message, rapporté par Radio Vatican, continuer de répondre aux besoins de ceux qui souffrent à l'intérieur d'une société de plus en plus sécularisée, pluraliste, relativiste et souvent hostile et agressive vis-à-vis de la foi et des valeurs religieuses, constitue un défi pour notre ministère ».

Mgr Zimowski a ensuite tenu à rappeler les paroles prononcées par Benoît XVI dans la Basilique Saint-Paul-Hors-les-Murs, à l'occasion de la fête des saints Pierre et Paul : « L'Eglise est jeune et ouverte à l'avenir, avait dit le pape. L'Église est une immense force rénovatrice dans le monde, assurément pas grâce à ses propres forces, mais par la force de l'Évangile, dans lequel souffle l'Esprit saint de Dieu, créateur et rédempteur du monde ».

En cette circonstance, le pape avait énuméré les défis, notamment historiques, sociaux, mais surtout spirituels, que nous pose le monde d'aujourd'hui, mettant l'accent sur une autre faim que la faim physique, celle que la nourriture matérielle ne peut assouvir, « une faim plus profonde que seul Dieu peut satisfaire ».

« L'humanité du troisième millénaire veut une vie pleine, authentique, avait conclu le pape. Il a besoin de vérité, d'une liberté profonde, d'amour donné gratuitement. Même dans le désert du monde sécularisé, l'âme de l'homme a soif de Dieu, du Dieu vivant ».

Mgr Zimowski a ensuite souligné que l'Église, dès ses origines, a eu pour mission de prendre soin des hommes physiquement et spirituellement, comme l'enseignait Jésus qui envoya ses apôtres soigner les maladies du corps et de l'âme à travers le monde.

Enfin Mgr Zimowski a voulu exprimer sa proximité aux aumôniers d'Europe, spécialement à ceux qui font partie du Réseau européen, dont le coordinateur, le père Stavros Kofinas, a reçu la Médaille du Bon Samaritain, une prestigieuse distinction du Conseil pontifical pour les agents de la santé.