La présence de l’Esprit Saint dans l’Ecriture et dans le lecteur

Troisième volet du triptyque : la Parole pour le monde

| 2040 clics

ROME, Jeudi 11 novembre 2010 (ZENIT.org) - Le cardinal Ouellet souligne l'importance de l'approfondissement de la présence de l'Esprit Saint dans l'Ecriture et dans le lecteur.

Dans le troisième volet du triptyque qu'est son exhortation sur la Parole de Dieu dans la vie de l'Eglise, « Verbum Domini », le pape parle de la Parole « pour le monde », « Verbum pro mundo » (§§ 90-20).

Une première partie parle de « la mission de l'Eglise » qui est d' « annoncer la Parole » et de la « Nouvelle évangélisation » (§§ 90-97).

Une deuxième partie parle de la Parole de Dieu et de « l'engagement dans le monde » (§§ 98-108). Notamment pour les jeunes (§ 104), les migrants (§ 105), et dans le domaine de la « sauvegarde de la création » (§§ 108). Ce paragraphe semble répondre à la première partie qui souligne la dimension « cosmique » de la parole de Dieu (§ 8).

Une troisième partie (§§ 109-116) parle du rapport entre la Parole de Dieu et la culture et les arts. Le pape y souligne notamment l'importance de la connaissance de la Bible dans les écoles et les universités.

Une quatrième partie traite de la Parole de Dieu dans le dialogue interreligieux (§§ 117-121).

Le cardinal Ouellet souligne que malgré les « progrès » dans la place de la Bible dans la vie des communautés catholiques, il demeure un « déficit ». Il suggère un premier « remède » : le développement de la « lectio divina » chez les catholiques, une « lecture priante » de la Parole de Dieu, mais aussi un « partage » de la Parole en petites comunautés. Il s'agit en effet d'accueillir la Parole pour lui « répondre dans la vie concrète ».

Et à ce propos, le cardinal canadien insiste sur la prise de conscience et l'approfondissement de la présence de l'Esprit Saint dans « les événements, l'histoire, l'Ecriture » mais aussi dans « celui qui lit ». C'est l'Esprit qui inspire le « témoignage de celui qui croit et s'abandonne à la Parole », la Parole fait alors de lui « son instrument ».

Telle est la vie de « l'alliance d'amour » qui doit permettre aux hommes de vivre de la « vie de Dieu qui est amour ». Cette prise de « conscience » de la présence de l'Esprit Saint est donc « fondamentale ».

Telle est aussi la « tâche prophétique des laïcs ». Le synode le dit spécialement au § 94 : tous les baptisés sont responsables de l'annonce : le synode a voté cette proposition à l'unanimité.

Le pape conclut sur la joie de la Parole et la dimension mariale (§§ 121-124).

Anita S. Bourdin