La prière, une habitude « d'être avec Dieu » qui transforme

Catéchèse de Benoît XVI sur la prière chez saint Paul

| 1622 clics

Anita Bourdin

ROME, mercredi 20 juin 2012 (ZENIT.org) – Qu’est-ce que la prière ? Benoît XVI répond : c’est « une « habitude » d’être avec Dieu » qui transforme l’humanité.

Le pape a en effet poursuivi ce que l’on peut appelée son « école de prière » hebdomadaire en évoquant la prière dans les épîtres de saint Paul aux Ephésiens et aux Romains, ce mercredi matin, devant quelque huit mille personnes rassemblées en la salle Paul VI du Vatican.

Le pape a souligné la force transformante de la prière : « La prière, qui est une « habitude » d’être avec Dieu, engendre des hommes et des femmes animés non pas par l’égoïsme, le désir de posséder, la soif du pouvoir, mais par la gratuité, le désir d’aimer, la soif de servir, c’est-à-dire animés par Dieu ; et c’est seulement ainsi que l’on peut apporter la lumière dans l’obscurité de ce monde. »

« Dans la prière, a fait observer le pape, nous devons nous habituer à être avec Dieu. C’est très important, que nous apprenions à être avec Dieu car ainsi nous voyons combien il est beau d’être avec lui, et c’est cela la rédemption. »

La liberté de dire oui

Benoît XVI a notamment souligné que la rédemption acquise par le Christ est « en marche » tout au long des générations et de la vie: « Nous sommes encore sur le chemin de la rédemption, dont la réalité essentielle nous est donnée par la mort et la résurrection de Jésus. Nous sommes en chemin vers la rédemption définitive, vers la pleine libération des enfants de Dieu », un chemin accompli grâce au don de l’Esprit Saint.

Et, a insisté le pape, c’est un chemin qui suppose et respecte la liberté de chacun : « Nous devons accepter que le chemin de la rédemption soit aussi notre chemin, parce que Dieu veut des créatures libres, qui disent « oui » librement ; mais c’est d’abord et surtout son chemin. Nous sommes dans ses mains et maintenant il appartient à notre liberté de marcher sur la route qu’il nous a ouverte. Nous marchons sur cette route de la rédemption, avec le Christ, et nous sentons que la rédemption se réalise.

C’est aussi une prière « trinitaire » : « La vision que saint Paul nous présente dans cette grande prière de bénédiction nous a amenés à contempler l’action des trois personnes de la Sainte Trinité : le Père, qui nous a choisis avant la création du monde, qui a pensé à nous et nous a créés ; le Fils qui nous a rachetés par son sang et le Saint-Esprit qui est le gage de notre rédemption et de notre gloire future. »

Le pape recommande une nouvelle fois une « prière constante, dans un rapport quotidien avec Dieu », de façon à « apprendre » à « entrevoir toujours plus clairement les signes de ce dessein et de cette action : dans la beauté du créateur, qui apparaît dans ses créatures (cf. Ep 3, 9), comme le chante saint François d’Assise : « Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures » (FF 263) ».

La beauté de la création

Le pape souligne ainsi l’importance de la prière devant la beauté de la création : « Il est important d’être attentifs, en particulier maintenant, et pendant la période des vacances, à la beauté de la création et de voir transparaître dans cette beauté le visage de Dieu. »

Surtout, il souligne que la faiblesse de l’homme n’est pas un obstacle à la sainteté : « Dans leur vie, les saints montrent de manière lumineuse ce que peut faire la puissance de Dieu dans la faiblesse de l’homme. Et il peut aussi le faire pour nous. Dans toute l’histoire du salut, où Dieu s’est fait proche de nous et attend patiemment notre heure, il comprend nos infidélités, il encourage nos efforts et nous guide. »

Il invite à grandir « dans l’amour de Dieu, ouvrant la porte afin que la Sainte Trinité vienne habiter en nous, éclaire, réchauffe et guide notre existence ».