La profonde communion des deux frères en blanc

Répliques historiques de Castelgandolfo

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 2177 clics

« Nous sommes frères », dit le pape François qui refuse la place d’honneur offerte par Benoît XVI dans la chapelle de Castelgandolfo et le prend par la main avant de prier à ses côtés. Cette réplique du pape François au moment de prier dans la chapelle de Castelgandolfo avec Benoît XVI passera à l’histoire.

Ainsi que cet échange au moment où le pape François à offert au pape émérite Benoît XVI une icône russe – apportée par le métropolite Hilarion -  de la Vierge à l’Enfant: « On m’a dit qu’elle s’appelle la Vierge de l’Humilité. Je ne la connaissais pas. Permettez-moi de vous confier une chose : j’ai pensé à vous, si humble durant votre pontificat ! » Dans un élan du cœur, le pape Benoît prend les mains du pape François dans les siennes et dit : « Merci ! Quel cadeau ! Une signification profonde ! Ne l’oublions pas ». François reprend, ses mains dans celles de Benoît : « Vous nous avez donné tant de signes d’humilité et de tendresse. J’ai pensé à vous ».

Un moment de « communion très profonde » a commenté le P. Lombardi.

Les deux frères en blanc ont accepté que les images soient diffusées et elles ont déjà fait le tour du monde. On saisit aussi les paroles de ces moments exceptionnels. Après 23 jours de vie cachée de Benoît XVI, qui s’est retiré à Castelgandolfo le 28 février, au début de la vacance du Siège apostolique, voulue par lui : il avait annoncé sa renonciation à la charge de Successeur de Pierre le 11 février. Un geste inouï, aux conséquences considérables et encore à peine entrevues.

Le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, le P. Federico Lombardi a dit son émerveillent au sortir de la rencontre de Castelgandolfo. Voici son récit.

« L’hélicoptère a atterri à Castelgandolfo, à l’héliport, vers 12 h 15 et la voiture conduisant le pape émérite s’est approchée du lieu de l’atterrissage de l’hélicoptère. Le Saint-Père Francesco est descendu : il était accompagné du substitut, Mgr Becciù, de Mgr Sapienza, de Mgr Alfred Xuereb.

Le pape à peine descendu, le pape émérite s’est approché et ils se sont embrassés, cela a été très beau.

Puis, après une brève salutation des personnes présentes – l’évêque d’Albano et le directeurs des Villas, Petrillo – ils sont montés en voiture : le pape François est monté à droite, la place classique du pape,  le pape émérite Benoît XVI s’est placé à gauche. Mgr Georg Gänswein, préfet de la Maison pontificale, est monté dans la même voiture.

Et ainsi la voiture est arrivée aux ascenseurs et les deux protagonistes de cette rencontre historique sont montés dans l’appartement et ils se sont rendus à la chapelle pour un moment de prière. Dans la chapelle, le pape émérite a offert la place d’honneur au pape François, mais celui-ci a dit : « Nous sommes frères » et a voulu qu’ils s’agenouillent ensemble, au même banc. 

Après un bref moment de prière, ils se sont rendus à la bibliothèque privée où, vers 12 h 30, la rencontre privée a commencé. Il s’agit de la bibliothèque où normalement à Castelgandolfo le pape reçoit les hôtes importants.

Le pape François a apporté en cadeau au pape émérite une belle icône puis l’entretien a commencé et il s’est achevé à 13 h15 : il a donc duré 45 minutes.

Pour ce qui est des vêtements, il faut noter que, effectivement – comme nous l’avions déjà fait observer auparavant – le pape émérite porte une simple soutane blanche, sans ceinture et sans camail : ce sont les deux détails qui le distinguent du vêtement du pape François qui porte le camail et la ceinture.

La présence des deux secrétaires est prévue pour le déjeuner – Mgr Georg et Mgr Xuereb – et donc l’aspect totalement privé de l’entretien s’est conclu par l’entretien dans la bibliothèque. Le pape émérite a l’intention d’accompagner aussi le pape François à l’héliport quand le moment du retour sera venu.

Je rappelle aussi que ceci n’est pas la première rencontre : c’est la première rencontre en personne, mais le pape François a déjà dirigé de nombreuses fois sa pensée vers le pape émérite : que ce soit de la Loggia des Bénédictions - à l’occasion de sa première apparition à la Loggia -, que ce soit par les deux appels téléphoniques personnels : le soir même de son élection et le jour de saint Joseph, pour lui présenter ses vœux. Donc, le dialogue avait déjà commencé même si la rencontre personnelle, physique, n’avait pas encore eu lieu.

Rappelons aussi que le pape émérite avait déjà manifesté sa révérence et son obéissance inconditionnelle à son successeur à l’occasion de sa rencontre avec les cardinaux le 28 février, et il a  donc certainement eu le moyen, dans cette rencontre – qui a été un moment de très haute et très profonde communion – de renouveler cet acte de révérence et d’obéissance à son successeur, alors que le pape François a certainement renouvelé l’expression de sa gratitude et de celle de toute l’Eglise pour le ministère accompli par le pape Benoît au cours de son pontificat ».