La rencontre du Christ, les jeunes, le Proche-Orient et la beauté

Les « propositions » du synode, par Mgr Carré

| 1323 clics

Hélène Ginabat avec Anita Bourdin

ROME, dimanche 28 octobre 2012 (ZENIT.org) – Les pères synodaux ont voter pour approuver une à une les propositions présentées à Benoît XVI, certaines ont été adoptées à 95 %, explique Mgr Carré.

Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier et Secrétaire spécial du synode (cf. Zenit du 10 juillet 2012) a participé à la conférence de presse de samedi matin, 27 octobre, au Vatican, pour la présentation des 58 propositions qui venaient d’être remises à Benoît XVI par les pères synodaux.

Il a expliqué que « le travail de rédaction des propositions est un travail un peu austère puisqu’il s’agit de recueillir les opinions de tous les pères du synode qui se sont exprimés à travers les groupes de travail et d’en faire des propositions qui puissent être reçues par l’ensemble et évidemment de les élaborer dans un certain ordre mais ce n’est pas une thèse donc ce n’est pas absolument significatif ».

« Ce matin, a-t-il précisé, elles ont été très largement reçues, beaucoup d’entre elles ont été votées par plus de 95% des participants, ce qui montre bien les adhésions de la part des membres du synode qui se sont reconnus dans ces propositions transmises au Saint-Père ».

La rencontre du Christ et les jeunes

Surtout, l’archevêque français souligne l’importance de « la rencontre du Christ » : « On peut la faciliter, ou l’empêcher, mais on ne peut pas la réaliser. Que le Christ rencontre quelqu’un personnellement. Mais en donnant des moyens on peut espérer et aider pour que cette rencontre se réalise vraiment.
Enfin, lié à cela, le synode a beaucoup insisté sur les personnes, et sur des personnes qui soient croyantes et qui soient crédibles et, à partir de là, cela peut aider d’autres à découvrir le Christ et à le rencontrer ».

Il souligne que « la question des jeunes » a beaucoup retenu l’attention de l’assemblée synodale : « Cela revient à plusieurs endroits. En particulier, le numéro 51, qui traite explicitement de la question des jeunes et il est sûr que l’enjeu est important. Si on porte l’évangile, bien sûr c’est pour chacun à différents moments de sa vie, mais la transmission de la foi aux enfants, aux adolescents et aux jeunes nous préoccupe particulièrement et cela a été mis en évidence à plusieurs reprises. On dit 2 choses : il faut prendre les moyens pour rejoindre les jeunes et d’autre part, les jeunes sont les premiers témoins auprès des autres.

La voie de la beauté et le Proche-Orient

La voie de la beauté pour rencontrer Dieu, si chère à Benoît XVI a été également souligné (cf. Zenit 26 octobre 2012) : « Plusieurs pères ont fait remarquer que, peut-être trop facilement en Occident, quand nous pensons « beau » nous pensons  « cher, coûteux » et ils nous disent : Regardez d’abord, que pour Dieu, ce qui est beau, c’est ce qui compte et même pour les gens pauvres, prier devant des réalités qui sont belles est quelque chose d’important ».

Il remarque la « grande place » qu’on eu les pères synodaux du Proche-Orient : « Ils se sont exprimés largement et vous avez l’une ou l’autre des propositions qui reprennent leur message et leur point de vue. J’attire l’attention sur la proposition numéro 3 qui manifestement prend en compte les Eglises catholiques orientales. Le synode lui-même ne peut pas, d’abord, et ne veut pas proposer des réponses qui soient spécifiques à telle ou telle région du monde. Pour le Proche-Orient, par exemple, c’était le synode qui a eu lieu récemment et qui s’est conclu par la visite du pape au Liban et par le texte qu’il a donné. C’était l’objet même de ce synode. Ici nous sommes des représentants de tous les pays du monde et donc on ne peut pas se centrer sur des questions trop spécifiques ».