La résurrection du Christ est un fait, pas une spéculation, affirme le pape

Benoît XVI adresse son Message de Pâques au monde

| 2555 clics

 ROME, Dimanche 24 avril 2011 (ZENIT.org) - « La résurrection du Christ n'est pas le fruit d'une spéculation, d'une expérience mystique : elle est un évènement », a affirmé Benoît XVI dans son message de Pâques au monde entier, ce dimanche matin.

Le pape a adressé son message depuis la loggia située au centre de la façade de la Basilique Saint-Pierre, au terme de la messe du jour de Pâques qu'il a présidée sur le parvis de la Place Saint-Pierre en présence de plus de 70.000 pèlerins dans un splendide décor de fleurs et d'arbustes aménagé pour l'occasion par des paysagistes hollandais.

Benoît XVI a rappelé que la foi des chrétiens se base encore aujourd'hui « sur le témoignage de ces sœurs et de ces frères qui ont vu d'abord le rocher renversé et le tombeau vide, puis les mystérieux messagers qui attestaient que Jésus, le Crucifié, était ressuscité ; ensuite lui-même, le Maître et Seigneur, vivant et tangible, qui était apparu à Marie de Magdala, aux deux disciples d'Emmaüs, enfin à tous les onze, réunis au Cénacle ».

« La résurrection du Christ n'est pas le fruit d'une spéculation, d'une expérience mystique : elle est un évènement, qui dépasse certainement l'histoire, mais qui se produit à un moment précis de l'histoire et laisse en elle une empreinte indélébile », a souligné le pape.

« La lumière qui a ébloui les gardes postés pour surveiller le tombeau de Jésus a traversé le temps et l'espace. C'est une lumière différente, divine, qui a déchiré les ténèbres de la mort et qui a introduit dans le monde la splendeur de Dieu, la splendeur de la Vérité et du Bien », a-t-il ajouté.

« Comme les rayons du soleil, au printemps, font pousser et éclore les bourgeons sur les branches des arbres, de même, l'irradiation qui émane de la résurrection du Christ donne force et sens à toute espérance humaine, à toute attente, désir, projet », a affirmé Benoît XVI.

Le pape a expliqué que le ciel et la terre se réjouissent de la résurrection du Christ. Mais alors qu'au ciel « tout est paix et joie », « il n'en est malheureusement pas ainsi sur la terre ! Ici, en ce monde, l'alleluia pascal contraste encore avec les gémissements et les cris qui proviennent de nombreuses situations douloureuses : misère, faim, maladies, guerres, violences ».

Et pourtant, a insisté le pape « c'est précisément pour cela que le Christ est mort et ressuscité ! Il est mort aussi à cause de nos péchés d'aujourd'hui, et il est ressuscité aussi pour la rédemption de notre histoire d'aujourd'hui. Mon message veut donc rejoindre tout le monde et, comme annonce prophétique, en particulier les peuples et les communautés qui souffrent un temps de passion, pour que le Christ ressuscité leur ouvre le chemin de la liberté, de la justice et de la paix ».

Après avoir prononcé son message de Pâques, le pape a présenté ses voeux de Pâques aux fidèles du monde entier, dans 65 langues, avant de prononcé sa bénédiction urbi et orbi (à la ville de Rome et au monde).

En fin d'après-midi, le pape quittera le Vatican pour se rendre à Castel Gandolfo où il restera jusqu'à dimanche prochain, 1ère mai, dimanche de la Miséricorde et béatification de Jean-Paul II.