La Shoah, « une honte indélébile dans l’histoire de l’humanité »

Audience générale du mercredi

| 898 clics

ROME, Mercredi 30 Novembre 2005 (ZENIT.org) – Dans les « camps d’extermination », a eu lieu une « infâme opération de mort », qui constitue « comme une honte indélébile dans l’histoire de


l’humanité ». Le pape Benoît XVI a évoqué la Shoah en ces termes lors de l’audience générale du mercredi, place Saint-Pierre, en présence de quelque 23 000 personnes, en dépit de la pluie.

Le pape a poursuivi sa catéchèse liturgique sur les psaumes et les cantiques des vêpres, en commentant le Psaume 136, que l’Eglise latine chante aux vêpres du mardi de la 4e semaine liturgique.

L’Exil à Babylone
Le pape expliquait: « Nous méditons aujourd’hui le Psaume 136, qui évoque la tragédie vécue par le peuple juif lors de la destruction de Jérusalem, en 586 avant Jésus Christ, et l’exil à Babylone qui a suivi. C’est un cantique de douleur, une supplication pour que le Seigneur libère ses fidèles de l’esclavage ».

Une honte indélébile
« La première partie du psaume a pour fond la terre d’exil, séjour des déportés. Elle est presque l’anticipation symbolique, faisait observer le pape, des camps d’extermination où, au siècle dernier, le peuple juif a été envoyé pour une infâme opération de mort, qui demeure comme une honte indélébile dans l’histoire de l’humanité ».

Le souvenir amoureux de Sion
« La seconde partie du psaume, au contraire, est pénétrée du souvenir amoureux de Sion, la ville perdue mais vivante au cœur des exilés. Ce psaume exprime bien les sentiments d’espérance et d’attente du salut par lesquels nous avons commencé notre chemin de l’Avent », soulignait
encore le pape.