"La signification de la liberté authentique" (1ère partie)

1700e anniversaire de l'Edit de Milan

Milan, (Zenit.org) Patriarche Bartholomaios Ier | 983 clics

"La signification de la liberté authentique": c'est le thème de cette méditation du patriarche œcuménique de Constantinople, Bartolomaios Ier, à l’occasion du 1700ème anniversaire de la publication de l’Édit de Milan, à Milan, le 15 mai 2013.

Discours du patriarche oecuménique (Premier volet)

« Cognoscetis veritatem, et veritas liberabit vos » (Jean 8, 32)

C’est une bénédiction et un motif de joie, pour Notre humble personne, de nous trouver ici, à Milan, pour la célébration des mille-sept-cents ans de la publication historique de l’Édit de Milan, qui a représenté une étape fondamentale dans l’histoire de l’humanité.

L’Édit a constitué avant tout un tournant important dans la vie de son auteur, l’empereur Constantin le Grand, l’amenant à la foi chrétienne et à une vie inspirée de l’évangile. Il fait maintenant partie des saints et il est le protecteur et bienfaiteur de l’Église. Par cet Édit, Constantin a fait du christianisme une religion libre dans le grand empire romain, posant les bases du premier État chrétien.

Nous nous réjouissons donc de nous retrouver ici avec vous, dans ce lieu béni par les martyrs, sanctifié par la présence de tant de Saints de l’Église chrétienne indivise. Et en premier lieu notre père, le grand saint Ambroise, patron de l’Église de Milan, bon pasteur de cette ville bénie de Dieu, successeur des saints apôtres dans l’œuvre d’évangélisation. Nous rappelons aussi la mémoire des saints martyrs Sébastien, Nazaire, Gervais, Celse et Protase qui, par l’effusion de leur sang, ont scellé leur foi dans le Christ, foi dont Constantin le Grand rendra la pratique libre peu de temps après.

Ces cinq saints martyrs, protecteurs de la ville de Milan et intercesseurs auprès de Dieu pour ses enfants, constituent aussi pour nous un modèle et un exemple par leur consécration totale, jusqu’à la mort, au Chef de la vie, au Seigneur des vivants et des morts, le vainqueur de la mort, notre Seigneur Jésus-Christ.

Nous exprimons notre contentement parce que les saintes reliques de ces martyrs, qui nous ont été généreusement concédées par le prédécesseur de Votre Éminence et qui sont aujourd’hui conservées au siège du patriarcat œcuménique, renforcent nos liens spirituels et sacrés avec cette ville et son archidiocèse.

Nous désirons avant tout remercier notre frère bien-aimé dans le Christ, Son Éminence le cardinal Angelo Scola qui, par son aimable invitation, nous a donné la joie et la possibilité de participer à ces célébrations, organisées avec tant de dévouement dans la ville où l’Édit fut publié.

Plein de gratitude pour l’honneur qui m’est fait d’intervenir maintenant devant cette assemblée, je souhaite offrir une petite contribution à notre effort de compréhension mutuelle en exposant quelques pensées simples sur ce que signifie la liberté, selon différentes perspectives, dans notre Église orthodoxe, dans la chrétienté et dans le monde.

Milan fête les 1700 ans de la concession de la liberté religieuse et de la fin des persécutions, dures et inhumaines, lancées contre les chrétiens par les adeptes de religions païennes qui adoraient l’image de César, le soleil, la lune, les étoiles, les statues inanimées des douze dieux démoniaques…

Nous sommes venus de la ville fondée par saint Constantin pour honorer solennellement l’Année constantinienne. L’anniversaire des mille-sept-cents ans de la publication de l’Édit ou, comme on l’appelle aussi, du Dogme de Milan, représente une occasion unique pour notre époque où l’on assiste souvent à la violation des droits fondamentaux de l’homme ; il permet d’expliquer cet héritage fondamental de Constantin le Grand grâce auquel, pour la première fois, la législation romaine fut fécondée par la pensée chrétienne et qui, en outre, a marqué une conquête décisive pour l’avenir de l’humanité : le concept de liberté religieuse.

La décision de Milan a accordé au christianisme, jusqu’alors persécuté, la parité légale, lui concédant institutionnellement la liberté religieuse. Ainsi fut ouverte la voie pour fonder le premier et unique État chrétien du monde connu, source d’avantages culturels, contribuant à l’évangélisation du continent européen.

1.    Liberté spirituelle – un sens déformé dans le monde moderne

En général, on considère la liberté comme un concept abstrait, en particulier dans la communauté intellectuelle, politique, académique et culturelle, sans mettre en évidence la profondeur de ce mystère.

Saint Chrysostome écrivait : « La liberté est l’absence d’arrogance et de vanité » (Commentaire de la Lettre aux Hébreux, XXVIII, P.G. 63,200), et encore : « C’est précisément cela la liberté, lorsqu’elle brille même dans l’esclavage, la liberté se donne dans l’esclavage » (Commentaire de la 1ère Lettre aux Corinthiens, XIX, P.G. 61,157).

C’est ainsi, d’ailleurs, qu’a vécu et témoigné par sa vie, pendant ces dix-sept siècles, le patriarcat œcuménique : contraint à l’esclavage selon le monde, mais libre, indomptable, insoumis dans sa pensée et son esprit. La liberté absolue que notre Seigneur Jésus nous a concédée, - don renouvelé par Constantin le Grand, lorsqu’il signa la loi sur la tolérance religieuse, avec son collègue, l’empereur Licinius, il y a dix-sept siècles, à Milan - constitue un bien spirituel éminent et un don de Dieu inconcevable. Le premier homme, Adam, fut modelé par Dieu à son image et à sa ressemblance. Dieu a donné à sa créature son don le plus précieux : être maître de lui-même c’est-à-dire de sa volonté libre et de la possibilité de choisir de lui appartenir ou de le renier.

Dieu peut tout, mais il ne désire pas contraindre l’homme à l’aimer. Et surtout, il respecte la liberté de l’homme. « Dieu est amour » (1 Jn 4,16), il est amour libre envers l’homme et il cherche l’amour libre de sa créature. Dieu, personne ne l’a jamais vu, parce que l’amour non plus ne se voit pas à l’œil nu, et ne se manifeste pas par des compliments, des invitations et des fêtes, mais il se vit dans le cœur, il se manifeste dans la vérité à travers le sacrifice et la croix de celui qui aime, au profit de la personne aimée.

A travers le Dieu-Homme, le Christ, et son œuvre de salut, Dieu a voulu convaincre et non pas forcer, appeler et non pas chasser, aimer et non pas juger, libérer et non pas rendre esclave.

Cette liberté occupe alors une place centrale dans la vie de l’homme qui désire s’approcher de Dieu. Au cours de l’exercice de son œuvre salvifique dans le monde, le Verbe de Dieu incarné affirme : « Jésus dit alors aux Juifs qui l'avaient cru : "Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples et vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libérera » (Jn 8, 31-32).

Cette liberté est un mystère profond, éternel, impénétrable. On ne peut pas la définir ou l’englober dans un concept.

A notre époque, et plus particulièrement aux XIXe et XXe siècles, on a fait beaucoup de discours sur la liberté et on a mené de nombreuses guerres pour cette soi-disant liberté des peuples.

Lorsque cette liberté est séparée du Donateur originel, le donateur de tout don, Dieu, elle est alors isolée, divinisée, elle acquiert un caractère anthropocentrique, devient toute-puissante ; c’est ainsi qu’apparaissent, phénomène qui n’est pas rare dans l’histoire de l’humanité, de grands criminels, au nom de cette liberté toute-puissante et anthropocentrique.

Il convient de distinguer la vraie liberté dont parle l’évangile, et que Constantin le Grand a apportée, des autres formes de liberté qui ne constituent pas le bien suprême donné par Dieu à l’homme, mais qui en sont une pâle imitation ou qui dérivent vers des falsifications de la véritable liberté.

Liberté trompeuse comme, par exemple, la liberté de la chair qui satisfait les désirs inférieurs de l’homme et ses exigences individuelles, et qui n’est pas capable de le conduire à Dieu, le rabaissant à un niveau d’existence inférieure, instinctive et bestiale, pour laquelle il n’a pas été modelé par Dieu.

Malheureusement, aujourd’hui, la liberté est réduite à l’un des biens les plus « maltraités » dans l’humanité, continuellement sujette  à l’arbitraire et aux idéologies humaines. Les hommes, surtout ceux qui se sentent « supérieurs », croient être libres lorsqu’ils peuvent satisfaire leurs désirs sans discernement, faisant ce qu’ils veulent quand ils veulent, sans limites, en décidant et agissant, en commettant des injustices couvertes par le silence de ceux qui les entourent, en tuant et en se faisant applaudir : tout et toujours au nom de la liberté.

Aujourd’hui, au-delà de la crise économique mondiale et de toutes les autres crises, nous vivons aussi une crise de la liberté.

Tout le monde se plaint sur notre terre, tout le monde proteste, désire et recherche la vérité ; parfois même certains versent leur sang pour cette cause, mais peu nombreux sont ceux qui la trouvent et qui l’acquièrent : peu nombreux sont ceux qui connaissent le contenu de la vraie liberté et où elle se trouve.

2. Le concept de la vraie liberté

Mais la possibilité de l’homme de faire ce qu’il veut non seulement n’est pas la vérité, mais constitue au contraire la pire des formes d’esclavage. Notre Seigneur Jésus-Christ lui-même, dans le saint Évangile, montre la signification de la vraie liberté. Lorsque les juifs demande au Seigneur de quelle liberté il parle, étant donné que « nous sommes la descendance d'Abraham et jamais nous n'avons été esclaves de personne. Comment peux-tu dire : Vous deviendrez libres ? », il donne une réponse très particulière : « En vérité, en vérité, je vous le dis, quiconque commet le péché est esclave. Or l'esclave ne demeure pas à jamais dans la maison, le fils y demeure à jamais. Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres » (Jn 8, 34-36).

Le péché est la pire forme d’esclavage de l’homme : en s’en libérant, il a les bases pour acquérir la vraie liberté. Nul n’est libre, s’il ne renie l’auto-adoration de son « ego », s’il ne dépasse son « moi » pécheur, s’il ne vainc ses désirs et ses passions pécheresses.

La liberté du péché est l’unique réelle liberté. C’est ce que souligne le protocoryphée, l’apôtre Paul, dans sa Lettre aux Romains (6, 23-23) : « Mais aujourd'hui, libérés du péché et asservis à Dieu, vous fructifiez pour la sainteté, et l'aboutissement, c'est la vie éternelle. Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur ».

L’homme est libre lorsqu’il atteint la sanctification et la purification totale de son existence. Il est libre justement selon le degré de sa libération des chaines du péché qui engendre la mort. Il est libre quand il se renie lui-même au profit de l’autre, quand il sacrifie son existence, ses attentes, ses « intérêts » au profit de son frère, de son ami, de son prochain et de Dieu.

Le concept et la vérité de la liberté furent révélés dans le monde avec le Christ, comme la rencontre du Dieu personnel avec l’homme personnel.

L’homme ne peut être un homme authentique s’il n’est pas en communion avec Dieu. Au contraire, il nie son humanité lorsqu’il se constitue comme un absolu, lorsqu’il refuse de se soumettre à la volonté divine, lorsqu’il renie la loi de Dieu (les dix commandements d’avant la grâce et, principalement, l’Évangile du Christ), lorsqu’il est lui-même le critère exclusif pour décider ce qui est bien ou mal.

3. L’exemple et la parole d’un saint dans l’Église orthodoxe

Presque 1900 ans après l’incarnation du Christ dans le monde, un ascète du saint Mont Athos, saint Silouane, donne la mesure et la définition de la vraie liberté : « La vraie liberté consiste à demeurer continuellement en Dieu » (Archim. Sophronius, Silouane de l’Athos, l’Ancien (1866-1938), Thessalonique).

Plus nous nous éloignons de Dieu, plus nous devenons esclaves de nos passions, de nos idées, de nos désirs, de nos possessions, de l’argent : et ainsi nous retombons dans l’idolâtrie, dans un néo-paganisme, « à l’image de tout Nabuchodonosor ». Et ceci, malgré le progrès, les vols dans l’espace, les « miracles » de la science et de la technologie et les « incroyables » conquêtes.

Constantin le Grand a lui aussi atteint cette liberté et c’est elle qui l’a libéré du culte de l’idole de soi, de l’idole de l’empereur que l’on adorait encore comme un dieu, parce qu’il s’est soumis au contraire humblement à la volonté de Jésus doux et humble, de qui il est devenu le serviteur et le disciple. Et tous les saints, les martyrs, les bienheureux et les justes de notre Église, comme Ambroise de Milan, ont eux aussi possédé cette véritable liberté, avec toute la longue chaine des saints jusqu’à aujourd’hui.

Le hiéromoine Sophronius raconte le contenu d’une conversation de l’ascète athonite saint Silouane avec un étudiant en visite au Mont Athos, qui lui parla longtemps de la liberté. Silouane, vénéré aujourd’hui comme un saint, lui répondit ceci : « Qui ne cherche pas la liberté ? Tout le monde la veut, mais tu dois savoir où elle est et comment tu peux la trouver. Pour devenir libre, tu dois te lier toi-même. Plus tu te lies toi-même, plus ton esprit acquerra la liberté. Tu dois enchainer tes passions à l’intérieur de toi pour ne pas les laisser te dominer ; tu dois t’enchainer toi-même pour ne pas faire de mal à ton prochain.

« En général, les hommes cherchent la liberté pour faire « ce qu’ils veulent ». Ceci n’est pas la liberté, mais la non-liberté, la domination du péché sur nous. Nous, nous croyons que la véritable liberté consiste à ne pas pêcher, à aimer le Seigneur et ton prochain de tout ton cœur et de toute ta force » (Archim. Sophronius, id.).

4. L’acquisition de la vraie liberté par le repentir et en demeurant en Dieu

Le modèle de la parfaite liberté est la « kénose » de Dieu qui « se vide de lui-même », qui nous donne tout et se donne lui-même. Voilà la liberté parfaite : « Prenez et mangez, ceci est mon corps rompu pour vous en rémission des péchés ». Il est en même temps « celui qui s’offre et la victime qui est offerte, celui qui se donne et le sang qui est donné » librement et totalement, le Christ, notre Dieu.

Le Seigneur ne veut pas la mort du pêcheur mais il donne à celui qui se repent la grâce de l’Esprit Saint. Il donne à l’âme la paix et la liberté de demeurer en Dieu par l’esprit ou par le cœur. Quand l’Esprit Saint nous pardonne nos péchés, l’âme reçoit la liberté de prier en Dieu et elle trouve le repos et la joie en lui. Voilà la vraie liberté. Sans la liberté de Dieu, il est impossible d’exister : les ennemis secouent l’âme avec des pensées malveillantes.

5. La vraie liberté réside dans l’amour

Comment réaliser ces paroles, comment acquérir la vraie liberté dans un monde athée, pluraliste, où dominent tendances nationalistes, violence, idéologie, intérêts, fragmentations sociales, inconstance de la classe dirigeante qui change d’opinion et d’avis contre toute cohérence et sagesse ? La vraie liberté consiste à demeurer en Dieu. Comment demeurer en Dieu pour rester vraiment libres si nous ne sommes pas cohérents dans nos actes ? Dans la langue grecque, le mot « cohérence » signifie la valeur que j’ai et que je possède, que je ne perds pas régulièrement en faisant marche arrière.

Nous trouvons une réponse dans la voix inspirée par Dieu de Jean, le théologien et évangéliste : « Dieu est Amour : celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu et Dieu demeure en lui » (1 Jn 4, 16-17). La liberté se trouve alors dans l’amour, dans notre soumission, dans notre service pour les autres. L’apôtre des Gentils, Paul, nous indique l’ethos de la liberté, dans la kénose totale de l’homme qui se vide de lui-même au profit de ses frères : « Oui, libre à l'égard de tous, je me suis fait l'esclave de tous, afin de gagner le plus grand nombre. (…) Je me suis fait tout à tous, afin d'en sauver à tout prix quelques-uns » (1 Cor 9, 19 ; 22).

La croix de la liberté est la croix de l’amour. La seule liberté sans limite est l’amour sans limite. Les saints en témoignent de manière empirique. Nous sommes libres lorsque nous aimons. Sans l’amour, la liberté sans limite devient violence sans limite, oppression, dissolution, comme cela arrive malheureusement dans tant de situations – et même dans l’Église – lorsqu’entrent l’esprit du monde, l’immoralité, le vol, lorsque des puissants couvrent et tolèrent des situations totalitaires. Mais Dieu voit tout et il intervient au moment opportun par un jugement véritable, comme « un juge juste ».

L’exigence de la vraie liberté mène à l’amour total, à l’amour crucifié et sacrifié. La liberté sans la croix ne peut donc pas exister. « Je prendrai une route qui monte, j’emprunterai des sentiers pour trouver les escaliers qui mènent à la liberté », écrivait une jeune héro de quinze ans, combattant de la liberté, pour expliquer que la croix et le sacrifice sont les fondements de la liberté.

Le chemin de la liberté chrétienne est le chemin de la croix et de l’ascèse qui demande un effort, une humilité profonde, le repentir, la victoire sur soi, la négation de tout intérêt personnel au profit de l’amour. La vraie liberté est unie à l’amour, elle se développe à l’intérieur de la liberté de l’amour. Le Christ est le témoin de la liberté et de l’amour, de l’amour libre entre Dieu et l’homme.

La loi de la liberté sera aussi la mesure de notre jugement final, qui s’exprimera à travers la loi de l’amour. « Parlez et agissez comme des gens qui doivent être jugés par une loi de liberté. Car le jugement est sans miséricorde pour qui n'a pas fait miséricorde », dit le saint apôtre Jacques, le frère du Seigneur (Jc 2, 12-13).

Dans la société actuelle des droits et des revendications, l’homme peine à comprendre la signification de la vraie liberté de l’amour : en cherchant à dominer ses frères, de serviteur de la liberté il se transforme en serviteur de lui-même. Nous comprenons que nous sommes vraiment libres lorsque nous sommes crucifiés et non lorsque nous crucifions, lorsque nous sacrifions nos droits en faveur des droits des autres, lorsque nous offrons et partageons, et non lorsque nous revendiquons. La vraie liberté est dans le don, et non dans le fait de recevoir.

(à suivre)

Traduction de Zenit, Hélène Ginabat