La solidarité italienne sauve des enfants africains malades du cœur

Opérations au « Bambino Gesù »

| 1174 clics

ROME, Mercredi 15 février 2006 (ZENIT.org) – Un enfant africain souffrant d’une pathologie cardiaque, de la malaria, de diverses infections et de graves problèmes neurologiques est rentré chez lui, grâce aux soins des médecins de l’Association « Fatebenefratelli » pour les « Malades Eloignés ».



L’agence vaticane Fides souligne que les médecins italiens « lui ont sauvé la vie » et qu’il est maintenant « hors de danger ».

Souffrant d’une sérieuse cardiopathie complexe, opéré à l’hôpital du « Bambino Gesù » (« Enfant Jésus »), Kamaldine est un enfant africain de presque deux ans, né en République du Bénin avec un défaut congénital au coeur.

Arrivé en Italie au mois de juin dernier avec deux autres enfants souffrants d’une cardiopathie congénitale analogue, l’enfant a été aussitôt hospitalisé à l’hôpital Saint Pierre Fatebenefratelli dans de sérieuses conditions : en plus de sa pathologie cardiaque, il avait la malaria, diverses infections et de sérieux problèmes neurologiques.

Les interventions de correction cardio-chirurgicale ont été l’unique alternative pour garantir la survie et une qualité de vie adéquate aux trois enfants.

Effectivement, après, une période d’hospitalisation à Saint-Pierre, les enfants ont été hospitalisé à l’hôpital du « Bambino Gesù » pour une opération au coeur.

A présent, après une longue période de thérapie intensive et de rééducation, Kamaldine est rentré en Afrique où il sera suivi par des médecins de l’hôpital Saint-Jean de Dieu « Fatebenefratelli » de Tanguiéta.

A Rome, le petit patient a été accueilli longtemps dans le service de Pédiatrie de l’hôpital Saint-Pierre, après les opération au « Bambino Gesù ».

« Quand nous avons découvert la gravité des pathologies cardiaques des trois enfants, explique le Frère Gerardo D’Auria, directeur de l’hôpital Saint-Pierre et volontaire dans la mission humanitaire au Bénin, nous avons tout de suite décidé de les emmener en Italie et de les hospitaliser dans notre structure dans l’attente de la disponibilité pour les opérations ».