La spiritualité arménienne, un pont entre l'Orient et l'Occident

Benoît XVI et message la communauté de Bzommar

| 1033 clics

A. Bourdin

ROME, dimanche 16 septembre 2012 (ZENIT.org) – La communauté arménienne catholique de Bzommar est un pont entre l’Orient et l’Occident, suscitant « la soif du spirituel » et la « quête de l’au-delà », fait observer Benoît XVI : un message toujours actuel.

Avant le déjeuner de samedi, 15 septembre 2012, à Bzommar, avec l'épiscopat libanais et les membres du Conseil spécial du synode pour le Moyen-Orient, Benoît XVI a remercié de son hospitalité le patriarche arménien Nersés Bédros XIX Tamouni.

Le pape a rappelé l’histoire et le rôle de « pont » de cette communauté : « La divine Providence a permis notre rencontre dans ce couvent de Bzommar, si emblématique pour l’Eglise arménienne catholique. Son fondateur, le moine Hagop, surnommé Méghabarde, le pécheur, est pour nous un exemple de prière, de détachement des biens matériels et de fidélité au Rédempteur. Il y a cinq siècles, il a réalisé l’impression du Livre du Vendredi établissant ainsi un pont entre l’Orient et l’Occident chrétiens ».

« A son école, a exhorté le pape, nous pouvons apprendre le sens de la mission, le courage de la vérité et la valeur de la fraternité dans l’unité ».

« Alors que nous nous apprêtons à refaire nos forces par ce repas préparé avec amour et généreusement offert, le moine Hagop nous rappelle aussi que la soif du spirituel et la quête de l’au-delà doivent toujours habiter nos cœurs », a ajouté le pape.

Et de conclure en évoquant les grands saints de l’Eglise arménienne et ses épreuves: « Par l’intercession des apôtres Barthélemy et Thaddée, de saint Grégoire l’Illuminateur, demandons au Seigneur de bénir la communauté arménienne durement éprouvée à travers les âges et d’envoyer à sa moisson des ouvriers nombreux et saints qui, à cause du Christ, soient capables de changer la face de nos sociétés, de guérir les cœurs meurtris et de redonner courage, force et espérance aux désespérés » (cf. « Documents » pour le texte intégral en français).