La théorie du genre préoccupe les pères synodaux, par Mgr Tony Anatrella (2)

Elle s’impose progressivement y compris grâce à certaines Institutions chrétiennes

| 2554 clics

ROME, Mardi 13 octobre 2009 (ZENIT.org) - « La théorie du genre préoccupe les pères synodaux » : Mgr Tony Anatrella, psychanalyste et spécialiste en psychiatrie sociale, a bien voulu évoquer pour Zenit les problèmes que soulève cette nouvelle idéologie et ses incidences sur la famille et la société dans la mesure où elle se répand en Afrique.

Il explique : "En Afrique, grâce à l'action de certaines Institutions chrétiennes, la théorie du genre s'impose progressivement dans la société et dans l'Eglise".

Mgr Anatrella reçoit en consultations et enseigne la psychologie à Paris. Il est consulteur du conseil pontifical pour la Famille et du conseil pontifical pour la Pastorale de la Santé. Il travaille, entre autres, les questions relatives à la théorie du genre auprès de plusieurs dicastères romains. Il vient de publier un ouvrage sur ce thème : « La tentation de Capoue, Anthropologie du mariage et de la filiation, éditions Cujas ».

En effet, Mgr Sarah est intervenu pendant le débat du synode des évêque spour l'Afrique sur ce thème. L'archevêque a évoqué cette théorie "irréaliste et désincarnée" et même "meurtrière", étrangère aux valeurs africaines. Nous avons demandé à Mgr Anatrella d'expliquer ces termes et de préciser comment cette idéologie s'infiltre en Afrique - sans que les présupposés ne soient annoncés - et comment, « l'échanges de dons entre l'Afrique et l'Occident » pourrait permettre d'élaborer des « anticorps ». Nous publions aujourd'hui le second et dernier volet de cet entretien exclusif (cf. Zenit du 12 octobre pour le premier volet). Il souligne notamment que « les Africains ne veulent pas être colonisés par des idéologies occidentales » et déplore que « la plupart des thèmes de la théorie du genre continuent de se répandre largement dans l'Église ».

Zenit : Mais si cette théorie est tellement étrangère aux valeurs africaines, comment s'infiltre-t-elle, par quel canal?

Mgr Tony Anatrella : Elle s'infiltre de façon inquiétante. La théorie du genre se diffuse tout particulièrement en Afrique, comme l'a évoqué devant le Synode le cardinal Ennio Antonelli, président du conseil pontifical pour la Famille, par l'intermédiaire d'Institutions chrétiennes qui sont en lien avec les Institutions internationales et leurs Agences (ONU, OMS, UNICEF, UNESCO) et des ONGs (Organisations non gouvernementales). Elles sont ainsi le relais de cette idéologie à travers des sessions de formation en direction des prêtres, des religieux, des religieuses et des laïcs chrétiens. En effet, pour recevoir des aides internationales (dans les domaines financiers, sanitaires et éducatifs), la plupart des pays africains sont soumis, par le biais de diverses associations, au discours du genre quand on se préoccupe, par exemple de la santé et du suivi médical des femmes qui se traduit uniquement en termes de « santé reproductive ». Cette notion est très problématique puisqu'il s'agit de banaliser la contraception et l'avortement, et de remettre en question les valeurs familiales en excluant l'homme des relations de coopération avec la femme, et de la procréation.

En Afrique, les militants du genre entreprennent des actions en dehors des représentants démocratiquement élus au sein des Parlements nationaux. Ils sont présents à travers les Organismes internationaux et les ONGs. Ils se saisissent de problèmes particuliers pour apporter leurs solutions qui s'inscrivent dans la perspective idéologique du genre et ensuite, ils s'efforcent de convaincre les députés de voter des lois en faveur des orientations qu'ils préconisent.

Le problème principal que ces organismes veulent soulever en montrant la discrimination de genre à l'égard des femmes est celui des enfants non-désirés qui aliènent les femmes, entraînent une surmortalité infantile, la famine, une mauvaise nutrition et surtout une surpopulation qui mettrait en péril les équilibres démographiques et économiques.

Les militants du genre laissent entendre que dans la culture africaine, les gens n'étaient pas habitués à concevoir un nombre aussi important d'enfants. Cette affirmation est gratuite et sans fondement. Il s'agit d'une erreur d'appréciation puisqu'en Afrique, où la culture du sens de la famille est très prononcée, la volonté de donner la vie à de nombreux enfants est inhérente à la culture de ce continent. Les enfants sont la richesse d'une famille et de la société. Mais les spécialistes conditionnés par la théorie du genre affirment avec leurs préjugés d'occidentaux, que trois enfants par femme est un chiffre trop élevé qu'il faut donc réduire. Que nous disent les Africains : C'est l'enfant qui est l'avenir de l'homme !

Zenit : La théorie du genre apparaît donc comme le Cheval de Troie sans que les présupposés ne soient annoncés ?

Mgr Tony Anatrella : En effet, les théoriciens du genre entrent par la voie de problèmes dits de société comme experts auprès des gouvernements africains et tentent de les influencer en dehors de l'instance des Parlements car la plupart des députés, proches du peuple, n'acceptent pas cette idéologie occidentale. Paradoxalement, dans plusieurs pays africains, ces spécialistes ont ainsi favorisé la création de Ministère du Plan, chargé de la planification et de la limitation des naissances, et la création de Ministère du genre. Très souvent, ces deux ministères agissent de concert pour organiser diverses actions auprès des femmes en dehors de la présence des hommes. Ils prétendent qu'il faut donner tout le pouvoir du contrôle de la procréation aux femmes ce qui revient à en exclure les hommes.

Il faudrait s'interroger sur ce que peut signifier un Ministère du genre dans un gouvernement ? Ce type de Ministère a surtout un sens idéologique qui, de façon masquée et pernicieuse, introduit cette nouvelle idéologie sur le sens du couple et de la famille en désolidarisant l'homme de la femme et en séparant la procréation de la sexualité.

On prend aussi le prétexte que les femmes sont les victimes de violences conjugales de la part de leur mari, ou de la violence des hommes qui leur imposent des relations sexuelles, ou encore des femmes qui sont les premières victimes des guerres à travers les viols sexuels commis par des militaires. Elles peuvent se retrouver enceintes à la suite de toutes ces maltraitances, et donc donner naissance à des enfants qu'elles n'ont pas désirés. On cherche ainsi à prouver que les femmes sont les victimes des hommes pour donner raison à l'idéologie du genre.

Forts de tous ces examens, les théoriciens du genre, constitués par divers spécialistes occidentaux, proposent aux associations chrétiennes et aux ministres de la santé, du plan et du genre de pays africains, de se rassembler lors de réunions régionales afin d'envisager ce qu'il convient d'entreprendre. Sur la base de ces études, des déclarations sont faites afin de se tourner vers les députés des différents Parlements nationaux pour leur demander de légiférer et de promulguer des lois dans le sens voulu par le genre. Pour l'instant, la plupart des députés résistent à cette vision du couple, de la famille et de la procréation qui ne correspond pas aux valeurs africaines. Malheureusement ces idées du genre et les comportements qu'ils inspirent progressent malgré tout en Afrique.

D'autre part, les pays africains sont également sous la pression des pays occidentaux qui, au nom de l'égalité des orientations sexuelles, cherchent à présenter l'homosexualité comme un modèle qui peut être légalisé à travers la vie de couple et le mariage.

Plus grave encore en Afrique, grâce à l'action de certaines Institutions chrétiennes, la théorie du genre s'impose progressivement dans la société et dans l'Église. Il en va de même en Occident avec des théologiens moralistes qui trouvent dans le genre une source de concepts qui leur semblent intéressant à utiliser. On observe que des Commissions épiscopales sur la pastorale de la famille, mais aussi des associations caritatives chrétiennes et des structures ecclésiales s'inspirent des idées et de l'idéologie sociologisante de la théorie du genre. Certains utilisent ces concepts pour organiser la vie de l'Église, restructurer le fonctionnement de ses services et de la pastorale à partir de cette théorie.

Malheureusement il se confirme, au vu de nombreux faits, que la plupart des thèmes de la théorie du genre continuent de se répandre largement dans l'Église. On utilise un néo-langage qui, en s'appuyant sur les concepts chrétiens, tente de leur donner une autre signification, en particulier celui qui concerne le sens de l'égalité (on parle de l'égalité de genre au lieu de parler de l'égalité en dignité de l'homme et de la femme). L'Église a toujours soutenu l'égalité de l'homme et de la femme dans une relation de complémentarité et le respect des enfants. Elle n'a jamais accepté les mariages forcés, les mariages de jeunes mineures, et apporte son soutien à travers tous ses membres et ses diverses institutions pour lutter contre l'exploitation des enfants dans le travail, les agressions sexuelles, la prostitution juvénile, les enfants-soldats sans avoir à entrer dans les concepts et les arguties de l'idéologie du genre qui oppose le masculin au féminin.

Zenit : Le cardinal Vingt-Trois parle d'échanges de dons entre l'Afrique et l'Occident: l'Afrique a-t-elle des anticorps à cette théorie et peut-elle nous les communiquer?

Mgr Tony Anatrella : En effet le cardinal Vingt-Trois a évoqué l'échange séculaire entre les Églises européennes et les Églises africaines. Les relations se développent dans un véritable échange de dons à bien des égards. Ainsi de très nombreux prêtres étudiants africains rendent des services considérables dans plusieurs diocèses en France. Ils nous témoignent leur richesse spirituelle et leur façon de vivre avec le Christ au cœur de ce monde. Leur dynamisme est un exemple mais aussi leur présence dans la vie publique. Ce sont deux anticorps importants auxquels s'ajoute un regard réaliste sur le fait que seuls un homme et une femme forment un couple et une famille avec leurs enfants. Si en Europe, les communautés chrétiennes restent timides et peu critiques vis-à-vis des questions relatives à la famille et acceptent souvent les clichés à la mode au point de s'y identifier, les africains sont plus déterminés et réactifs. Mgr Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou, a souligné lors du Synode « Nos communautés humaines et religieuses africaines, dans l'ensemble, rejettent les pratiques légalement codifiées dans bon nombre de pays de l'Occident. Elles ont en estime la promotion des valeurs relatives à la famille et à la vie» (Cf. Zenit du 9 octobre 2009).

Le cardinal Ricard suite à un entretien avec le Président de la République Française a déclaré dans le journal La Croix du 4 octobre 2009 : « Nous avons parlé des lois qui posent des questions autour de la protection de la vie, de la famille, du mariage, comme par exemple le principe de non-discrimination qui ouvre le droit aux mariages homosexuels. Notre point de vue pourrait être mieux entendu si la mobilisation était plus importante. La voix des seuls évêques ne suffit pas : nous avons besoin de mobiliser les opinions catholiques. D'où la question de savoir comment mieux sensibiliser les chrétiens européens à l'action politique ». Les chrétiens sont invités à sortir de la torpeur et la presse catholique a sans doute un rôle plus important à jouer pour éviter cette dérive légale en matière familiale, à commencer par ce problématique statut de beau-parent, comme je l'ai déjà souligné ici.

Le Pape, lors de son homélie du dimanche 4 octobre 2009, a insisté sur le rôle spirituel de l'Afrique qui pourrait inspirer l'Occident délétère : « L'Afrique représente un « immense poumon » spirituel, pour une humanité qui semble en crise de foi et d'espérance. Mais ce « poumon » peut aussi tomber malade. ... Le soi-disant « premier » monde a parfois exporté et continue d'exporter des déchets spirituels toxiques qui contaminent les populations des autres continents, parmi lesquels justement les populations africaines. C'est dans ce sens que le colonialisme, qui a pris fin au plan politique n'est jamais tout à fait terminé ». Fort heureusement les Églises africaines essaient d'avoir du recul et de rester lucides face à l'offensive des nouvelles idéologies qui polluent le sens des réalités comme la théorie du genre. Elle fera sans doute son temps avant de dépérir comme toutes les autres, mais en attendant que de dommages directs et collatéraux en son nom ! Les Africains n'oublient pas leurs racines puisque c'est en fonction d'elles qu'ils peuvent analyser et critiquer des constructions irréalistes et asexuelles du couple et de la famille.

En résumé : les anticorps idéologiques que nous pouvons développer sont : l'enracinement dans une relation au Christ au sein de son Église, présence et engagement dans la vie publique pour le bien commun du mariage entre un homme et une femme et le respect du principe d'humanité de la famille, détermination et réactivité pour agir en ce sens, lucidité et recul anthropologiques face aux idées à la mode portées par des vagues médiatiques et l'électoralisme politique. Les chrétiens doivent savoir exiger des responsables politiques qui se présentent aux élections de préciser leur position sur le couple et la famille et choisir leur candidat en conséquence. Malheureusement, il arrive souvent que les élus ne soient pas fidèles à leurs électeurs et fassent de la politique en regardant le programme du voisin dans l'espoir de lui ravir un électorat. Est-ce ainsi que l'on sert le bien commun ?

L'ouvrage du Conseil Pontifical pour la Famille, Lexique sur les termes controversés au sujet de la famille et de la vie, publié en français aux éditions Téqui, a été voulu pour donner des éléments conceptuels afin que les chrétiens puissent penser et agir à l'égard de la théorie du genre. Il serait bien et utile qu'ils s'y réfèrent dans le contexte actuel. Le dialogue avec les productions intellectuelles de l'époque ne se résume pas à toutes les accepter, voire pour certains de les substituer aux principes universels de la sagesse des peuples et de l'anthropologie chrétienne, mais de rester critiques, d'en montrer les impasses et de signifier la réalité conjugale et familiale à partir de l'engagement d'un homme avec une femme.

Propos recueillis par Anita S. Bourdin