La vérité sur l'homme condition de la liberté

Messe à La Havane, homélie de Benoît XVI

| 1905 clics

Anita Bourdin

ROME, mercredi 28 mars 2012 (ZENIT.org) – « La vérité sur l’homme est un présupposé inéluctable pour atteindre la liberté », car elle fonde l’éthique, a fait observer Benoît XVI lors de la messe de ce mercredi 28 mars à La Havane, place de la Révolution, en présence du président Raul Castro et de quelque 300.000 personnes.

Le pape a consacré son homélie à une réflexion sur la vérité, la liberté, l’éthique, la foi et la raison, et la transformation de la société (cf. « Documents » pour le texte intégral).

Benoît XVI a d’abord commenté l’épisode rapporté par le prophète Daniel des trois jeunes, « persécutés par le souverain babylonien » et qui « préfèrent affronter la mort dans la fournaise que de trahir leur conscience et leur foi. »

« Ils trouvèrent la force de « louer, de glorifier et de bénir Dieu » convaincus que le Seigneur du cosmos et de l’histoire ne les abandonnerait pas à la mort et au néant. En effet, Dieu n’abandonne jamais ses enfants et ne les oublie jamais », a déclaré le pape.

Pour le pape, « la vérité est une aspiration de l’être humain et la chercher suppose toujours un authentique exercice de la liberté ».

Le pape a renvoyé dos à dos deux attitudes opposées face à la vérité. Certains « ironisent », comme Pilate, « sur la possibilité de connaître la vérité ». Une telle attitude transforme l’homme, négativement : «  Comme dans le cas du scepticisme ou du relativisme, elle provoque un changement du cœur, le rendant froid, hésitant, loin des autres et renferme ».

Au contraire, d’autres personnes « interprètent mal cette recherche de la vérité », et sont conduits  à « l’irrationnel » et au « fanatisme », à « s’enfermer dans « leur vérité » », et à « chercher à l’imposer aux autres ».

Le pape a ajouté que « celui qui agit de façon irrationnelle ne peut pas devenir disciple de Jésus » et redit un des leitmotive du pontificat: « Foi et raison sont nécessaires et complémentaires dans la recherche de la vérité. Dieu a créé l’homme avec une vocation innée à la vérité et c’est pourquoi il l’a doué de raison. Ce n’est certainement pas l’irrationnel, mais le désir de vérité qui promeut la foi chrétienne. Tout être humain doit chercher la vérité et opter pour elle quand il la trouve, même au risque de sacrifices. »

« En outre, a poursuivi le pape, la vérité sur l’homme est un présupposé inéluctable pour atteindre la liberté, car nous découvrons en elle les fondements d’une éthique avec laquelle tous peuvent se confronter ».

« Ce patrimoine éthique est ce qui peut rapprocher toutes les cultures, les peuples et les religions, les autorités et les citoyens, et les citoyens entre eux, les croyants dans le Christ et ceux qui ne croient pas en lui », a fait observer le pape.

Et d’ajouter à propos de l’Evangile: « Le christianisme, en mettant en relief les valeurs qui sous-tendent l’éthique, n’impose pas mais propose l’invitation du Christ à connaître la vérité qui rend libre ».