La vie de l'Église est variété, pas uniformité

Catéchèse sur l'Eglise "catholique"

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 1076 clics

L'ouverture de l’Église à la variété est vitale : « La vie de l’Église est variété », et « mettre de l’uniformité partout », c'est « tuer les dons de l’Esprit-Saint », estime le pape François.

Le pape a présidé l'audience générale ce matin, 9 octobre 2013, place Saint-Pierre, où quelque 80.000 personnes étaient présentes malgré la pluie.

Durant sa catéchèse, après un temps de rencontre avec a foule sur sa papamobile, le pape a médité sur la « catholicité » de l’Église : « En quel sens disons-nous que l’Église est catholique, ce qui signifie "selon le tout" ? »

« L’Église est catholique parce qu’elle est la « Maison de l’harmonie » où unité et diversité savent se conjuguer pour être une richesse », a-t-il répondu.

Il faut entre les baptisés « une juste variété, que celui-ci soit différente, que celui-là pense de telle ou telle manière », a-t-il poursuivi, mettant en garde contre la tentation de « tout uniformiser » : « l’uniformité tue la vie. La vie de l’Église est variété, et quand nous voulons mettre de l’uniformité partout, nous tuons les dons de l’Esprit-Saint ».

Les membres de l’Église ne sont « pas tous égaux » et ils ne doivent pas chercher à l'être. Ils sont « tous différents, divers, chacun avec ses qualités propres. Et c’est cela qui est beau dans l’Église : chacun apporte ce qu’il est, ce que Dieu lui a donné, pour enrichir les autres ».

Cette « harmonie » dans l’Église se vit aussi dans les relations : « jamais de commérages sur les autres, ne jamais se disputer », a insisté le pape, invitant à un examen de conscience : « dans nos communautés, vivons-nous l’harmonie ou nous disputons-nous entre nous ? Y a-t-il des commérages ? S’il y a des commérages, il n’y a pas d’harmonie, mais une lutte. Et ce n’est pas l’Église. »

La diversité entre les différents membres « n’est pas source de conflit, d’opposition ; c’est une variété qui se laisse fondre harmonieusement par l’Esprit-Saint », le véritable « Maître ».

Le pape a donné l’image d’une « symphonie qui signifie accord et harmonie, où différents instruments jouent ensemble » : « chacun conserve son timbre unique et ses caractéristiques sonores et tous s’accordent sur quelque chose de commun...le timbre de chaque instrument n’est pas effacé ; au contraire, la particularité de chacun est valorisée au mieux ». Ainsi, « l’Église est comme un grand orchestre dans lequel existe la variété ».

Pour le pape, l’Église est catholique également parce qu’elle est « l’espace, la maison où la foi tout entière est annoncée, où le salut que le Christ a apporté est offert à tous », la « maison de tout le monde ».

Enfin, l’Église est catholique parce qu’elle est « universelle, elle est répandue dans toutes les parties du monde et elle annonce l’Évangile à tous les hommes et à toutes les femmes ». Elle « n’est pas un groupe d’élite, elle ne concerne pas seulement quelques-uns » mais elle est « envoyée à la totalité des personnes et du genre humain ».