La vie monastique bénédictine en pleine floraison dans l’Oklahoma

Leur désir : construire une église qui dure 1000 ans

| 1269 clics

ROME, Mardi 17 juin 2008 (ZENIT.org) - Au milieu des collines et des lacs de l'est de l'Oklahoma vient de naître un monastère bénédictin dont l'institution pourrait contribuer à la renaissance de la culture chrétienne. 

Au monastère Notre-Dame-de-l'Annonciation, les moines de Clear Creek souhaitent donner une nouvelle impulsion à la vie monastique et à la culture chrétienne de l'Amérique en partant de leurs racines. 

Le prieur, le père Philip Anderson, a expliqué à ZENIT que l'histoire des moines de Clear Creek a commencé à l'université du Kansas, où un programme sur les Grands Livres dirigé par John Senior et financés par le National Endowment for the Humanities fut l'occasion pour des étudiants de redécouvrir la culture et les idées de la civilisation occidentale. 

Le succès du programme vient de la volonté de John Senior de proposer des réponses aux questions les plus profondes, en misant sur le catholicisme comme source de nombreux fruits produits par l'Occident.

Le programme, a raconté le père Anderson, s'est diffusé et a engendré un certain nombre de conversions. Puis, quelques bienfaiteurs de l'université ont protesté et l'initiative a été bloquée.

Lorsque des étudiants, dont l'un était le père Anderson, sont venus demander à Senior comment reconstruire une civilisation perdue à cause de la société technocratique moderne, ce dernier leur a suggéré d'aller trouver des moines qui, en Europe (car aux Etats-Unis, s'il devait y en avoir, ils devaient être bien peu) vivent une vie monastique traditionnelle. 

Le voyage a conduit le père Anderson et ses camarades à l'abbaye bénédictine française de Fontgombault, où ils ont été accueillis et ont reçu une formation sur la vie religieuse selon la Règle de saint Benoît.

Les moines voulaient rentrer en Amérique pour ériger un monastère chez eux. Mais il aura fallu attendre près de 25 ans avant que Mgr Edward Slattery, évêque de Tulsa, fasse appel, en 1998, aux moines de Fontgombault pour former une communauté de cette abbaye dans son diocèse. 

Selon le père Anderson, la construction d'un monastère dans l'est de l'Oklahoma a été le résultat d'une combinaison fortuite de plusieurs facteurs: un évêque enthousiaste, une zone du Midwest proche du lieu de résidence d'un grand nombre d'étudiants de Senior, qui ont pu contribuer à la fondation, et la propriété adéquate, qu'il a définie « parfaite pour la vie monastique ». 

Depuis 1999 ces moines américains, ainsi que quelques frères canadiens et français, vivent à Clear Creek, près d'Hulbert. 

La vie monastique de Clear Creek est fondée sur la prière liturgique, surtout sur la Liturgie des Heures, que les moines chantent en latin huit fois par jour.

La forme utilisée est la forme traditionnelle - celle extraordinaire - , de la liturgie romaine, mieux adaptée, estiment les moines, au type de vie monastique contemplative qu'ils veulent conduire.

Pour se financer, les moines sont engagés dans différentes activités : ils élèvent des brebis, cultivent fruits et légumes, font du fromage, confectionnent des habits et fabriquent des meubles. 

Mais recueillir des fonds pour construire une église romane pour le monastère qui puisse durer mille ans est toutefois une autre question. 

Selon les moines, la nouvelle église sera un signe de contradiction dans une culture basée sur la consommation où tout est éphémère, où tout est jeté dès que cela ne sert plus, avec ce changement qui semble être l'unique constante.

Le manuel d'information qu'ils ont élaboré affirme que les personnes « ont besoin d'un endroit qui les renvoient à la création et les conduise dans les tréfonds silencieux de leur propre être, où Dieu les attend. Le monastère est ce genre de lieu ». 

Le père Anderson espère que la construction de l'église pourra commencer en 2009.

Interrogé par ZENIT sur l'hypothèse de vouloir reconstruire la civilisation occidentale en Amérique, le moine a dit que les bénédictins ont « construit l'Europe sans même avoir essayé ».

« Nous nous concentrons sur la prière, a-t-il affirmé. Nous ne pouvons voir les effets de notre vie que de manière indirecte, comme nous voyons les cercles que provoquent une goutte d'eau en tombant dans un étang ». 

A son avis, l'œuvre des moines est une œuvre à cercles concentriques: tout est centré sur la vie intérieure, mais ses effets se répercutent sur tous les autres aspects.

Ce monastère est déjà devenu la destination de nombreuses personnes qui souhaitent partager la vie des moines, comme au Moyen Age. Laïcs et familles participent à la messe et suivent la liturgie avec les bénédictins. Pour répondre aux nécessités spirituelles des visiteurs, le diocèse, affirme le père Anderson, souhaite maintenant ériger une paroisse dans le voisinage. 

Leur histoire pourrait non seulement inspirer une renaissance de la vie monastique aux Etats-Unis, mais encourager aussi les enseignants à imiter John Senior en formant les étudiants à la vérité, la beauté et la bonté, en dépit des gros efforts professionnels que cela demande. 

Avec plus d'enseignants comme Senior et plus de moines comme ceux de Clear Creek, la possibilité d'un renouvellement d'une vie monastique authentique et d'une vie culturelle chrétienne en Amérique parait beaucoup plus à la portée de la main. 

Jason Adkins