La vie socio-économique menacée par les munitions de guerre

Pour l'interdiction ou la limitation de certaines armes conventionnelles

| 590 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 26 juillet 2002 (ZENIT.org) - "La vie socio-économique normale est parfois menacée par la permanence de munitions de guerre", dénonce le Saint-Siège.



Mgr Diarmuid Martin, Observateur permanent du Saint-Siège au Bureau des Nations-Unis de Genève, est en effet intervenu le 23 juillet, au cours de la seconde réunion des experts gouvernementaux, organisée en marge de la "Convention sur l'interdiction ou la limitation de certaines armes conventionnelles pouvant provoquer des effets traumatiques excessifs ou indiscriminés".

"La vie socio-économique normale est parfois menacée par la permanence de munitions de guerre", déplore Mgr Martin.

Il invite à leur élimination: "Or, il n'existe aucun avantage, ni militaire ni civil, à ne pas les éliminer, alors que les risques humanitaires sont élevés et que ces matériels mettent en danger la vie des plus pauvres, au moment même où s'ouvre pour eux un avenir d'espoir".

Le Saint-Siège veut faire prévaloir le "droit humanitaire", explique Mgr Martin: "La Délégation du Saint-Siège reconnaît le caractère complexe de la définition et de l'application du droit humanitaire international à ces munitions abandonnées. L'expérience montre à l'évidence que dans les situations où il faut envisager le principe de proportionnalité, il est préférable d'appliquer de façon équitable le droit humanitaire, et ce partout où il est possible de parvenir à un accord sur des normes de fond et des points acceptables par tous".

Mgr Martin met l'accent sur la prévention des conflits. "Les états sont de plus en plus conscients de l'importance de la prévention des conflits, de la défense ou du rétablissement de la paix à la suite de conflit, lesquelles doivent être traitées dans le cadre des actions et des responsabilités internationales", insiste l'observateur du Saint-Siège.

Mais la prévention des conflits implique aussi la lutte contre la pauvreté, ajoute Mgr Martin. Et de citer à l'appui la Déclaration des Nations-Unies pour le troisième millénaire, qui fait référence à ces principes et considère "la lutte contre la pauvreté comme le coeur d'un engagement intégral et multilatéral en faveur du développement et de la paix".