La Vierge de Fatima au Vatican

Benoît XVI la présente comme un signe d’espérance pour l’humanité

| 1524 clics

ROME, Dimanche 14 mai 2006 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI a rappelé ce dimanche que le message que la Vierge a laissé à Fatima est un message d’espérance pour le monde. La statue de la Vierge de Fatima était au Vatican ce week-end à l’occasion des 25 ans de l’attentat perpétré contre le pape Jean-Paul II.



« A la fin mon Cœur Immaculé triomphera ». C’est ce que la Vierge a promis aux trois pastoureaux auxquels elle est apparue à Fatima, au Portugal, en 1917. Benoît XVI a souligné la promesse de Marie dans sa méditation avant la prière du Regina Caeli.

Benoît XVI a par ailleurs rappelé que « le 13 mai 1981 – il y a vingt-cinq ans – le Serviteur de Dieu Jean-Paul II a senti avoir été miraculeusement sauvé de la mort par l’intervention d’une ‘main maternelle’ », celle de la Vierge de Fatima, qui est fêtée le 13 mai.

« L’ensemble de son pontificat a été marqué par ce que la Vierge avait annoncé à Fatima », a constaté Benoît XVI.

Le pape a expliqué que le message que la Vierge a confié aux trois pastoureaux, François, Jacinthe et Lucie, en 1917, à Fatima « dans la continuité de celui de Lourdes, était un fort rappel à la prière et à la conversion ».

Il s’agit selon le pape d’un « message véritablement prophétique étant donné le XXe siècle endeuillé par des destructions inouïes, provoquées par des guerres et des régimes totalitaires, ainsi que par de vastes persécutions contre l’Eglise ».

Même si l’avenir de l’humanité reste préoccupant, Benoît XVI estime que ce que Marie a promis aux pastoureaux : « A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera », est réconfortant.

La statue de la Vierge de Fatima est arrivée au Vatican ce vendredi et a été accueillie par la communauté contemplative des religieuses bénédictines du monastère « Mater Ecclesiae », situé dans les jardins du Vatican.

A 17.00, ce même jour, elle a été portée en procession dans la chapelle privée du pape où elle est restée toute la nuit ainsi que samedi matin.

La statue a ensuite été transportée dans l’église « Santo Stefano degli Abissimi », située dans le Vatican, puis exposée dans la salle Paul VI pour une rencontre promue par l’Oeuvre romaine des Pèlerinages.

Dans l’après-midi, la statue a été transportée en hélicoptère jusqu’au Château Saint-Ange où elle a été accueillie par quelque 20.000 pèlerins. Conduits par le cardinal Ivan Dias, archevêque de Bombay, ils ont accompagné la statue de la Vierge en procession le long de la via della Conciliazione, jusqu’à la place Saint-Pierre.

La procession s’est arrêtée à l’endroit même, place Saint-Pierre, où Jean-Paul II fut victime de l’attentat perpétré par le terroriste turc Mehmet Ali Agca. A l’occasion des 25 ans de l’attentat, une plaque commémorative sur laquelle figurent le blason de Jean-Paul II et la date de l’attentat a été placée sur le sol, à cet endroit (cf. Zenit 12 mai).

Le cardinal Camillo Ruini, évêque vicaire du pape pour le diocèse de Rome a présidé la célébration eucharistique dans la Basilique Saint Pierre.

Au cours de son homélie, il a évoqué le poème « Stanislaw » écrit par Karol Wojtyla avant son élection comme pape, qui dit : « Si la parole n’a pas converti, c’est le sang qui convertira ».

A la fin de la célébration le cardinal a lu un message du pape Benoît XVI qui forme le vœu que « le message de Fatima soit toujours davantage accueilli, compris et vécu dans toute communauté ».