La vocation du baptisé selon Benoît XVI : transmettre la miséricorde de Dieu

Paroles de Benoît XVI avant l’angélus de ce 31 octobre

| 1834 clics

ROME, Dimanche 31 octobre 2010 (ZENIT.org) - Benoît XVI souhaite aux baptisés de faire l'expérience de « la joie de la visite du Fils de Dieu, d'être renouvelés par son amour, et de transmettre aux autres sa miséricorde ».

Le pape a consacré son allocution, avant l'angélus de ce dimanche, depuis la fenêtre de son bureau, qui donne place Saint-Pierre, à la miséricorde et à l'Evangile du jour : la péricope de Zachée, dans l'Evangile de Luc. Malgré le mauvais temps, des milliers de personnes s'étaient rassemblées à midi, place Saint-Pierre.

« Jésus-Christ, incarnation de Dieu, a manifesté cette immense miséricorde, qui n'enlève rien à la gravité du péché, mais vise toujours à sauver le pécheur », a expliqué le pape.

Il a souligné que c'est l'Evangéliste saint Luc qui « réserve une attention particulière au thème de la miséricorde de Jésus », notamment dans l'historie de Zachée.

Le Christ, explique le pape, « a en quelque sorte voulu prendre le risque et il a gagné son pari: profondément touché par la visite de Jésus, Zachée décide de changer de vie et promet de rendre le quadruple de ce qu'il a volé. Jésus dit : "Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison", et il conclut : "Le Fils de l'homme est venu pour chercher et sauver ce qui était perdu" ».

« Dieu n'exclut personne, ni les pauvres ni les riches, a insisté Benoît XVI. Dieu ne se laisse pas conditionner par nos préjugés humains, mais il voit en chacun une âme à sauver et il est spécialement attiré par celles qui sont considérées comme perdues et qui se considèrent telles. Jésus-Christ, incarnation de Dieu, a manifesté cette immense miséricorde, qui n'enlève rien à la gravité du péché, mais vise toujours à sauver le pécheur, et à lui offrir la possibilité de se racheter, de recommencer à zéro, de se convertir ».

Le pape donne cette clef de lecture de l'épisode évangélique : « Zachée a accueilli Jésus et s'est converti, parce que Jésus l'avait, le premier, accueilli chez lui ! Il ne l'avait pas condamné, mais il était allé au-devant de son désir de salut ».

Anita S. Bourdin