La « voie de la beauté », « itinéraire », pour « rencontrer » et « aimer » Dieu

Catéchèse du mercredi

| 2809 clics

ROME, Mercredi 18 novembre 2009 (ZENIT.org) - Le pape invite à redécouvrir la « voie de la beauté » comme un « itinéraire », pour « rencontrer » et « aimer » Dieu.

« Quand la foi rencontre l'art, une profonde harmonie se crée, parce que les deux peuvent et veulent parler de Dieu, rendant visible l'Invisible », explique Benoît XVI qui rencontrera les artistes le 21 novembre. Il souligne aussi que les chefs d'œuvre médiévaux se révèlent « incompréhensibles si on ne tient pas compte de l'âme religieuse qui les a inspirés ».

Le pape a consacré sa catéchèse du mercredi, en la salle Paul VI du Vatican, aux cathédrales et à l'art roman et gothique.

« Que le Seigneur nous aide à redécouvrir la voie de la beauté comme l'un des itinéraires, peut-être le plus attirant et fascinant, pour parvenir à rencontrer et à aimer Dieu », a souhaité le pape.

« La foi chrétienne a inspiré une des créations artistiques les plus élevées de la civilisation universelle : les cathédrales, vraie gloire du Moyen-Âge chrétien », a expliqué Benoît XVI.

Le pape souligne une fois encore l'importance des moines, qui ont inventé l'art roman : « Ce fut surtout grâce à l'ardeur et au zèle spirituel du monachisme que furent élevées des églises abbatiales, où la liturgie pouvait être célébrée avec dignité et solennité et où les fidèles pouvaient s'arrêter pour prier. Ainsi naquirent les églises et les cathédrales romanes ».

Benoît XVI a ensuite présenté les caractéristiques de l'époque gothique : « Par la suite, les cathédrales gothiques ont été une synthèse de foi et d'art, exprimée harmonieusement dans le langage universel et fascinant de la beauté, traduisant ainsi l'élancement de l'âme vers Dieu. Tous participaient à la construction et à la décoration de cette maison commune où les croyants étaient instruits dans la foi ».

« Aujourd'hui, a fait observer le pape, ces chefs-d'œuvre nés en Europe sont incompréhensibles si on ne tient pas compte de l'âme religieuse qui les a inspirés ».

Il souligne ce dialogue entre l'art et la foi : « Quand la foi rencontre l'art une profonde harmonie se crée, parce que les deux peuvent et veulent parler de Dieu, rendant visible l'Invisible ».

Et de conclure : « C'est ce que je voudrais partager lors de ma rencontre avec les artistes le 21 novembre prochain. Que le Seigneur nous aide à redécouvrir la beauté comme chemin pour aller à la rencontre de Dieu ! »

Le pape souhaite faire aux artistes une « proposition d'amitié entre la spiritualité chrétienne et l'art », qui a déjà été souhaitée par ses prédécesseurs, notamment Paul VI et Jean-Paul II.

Benoît XVI a évoqué un peintre contemporain en disant : « Un artiste, qui a toujours témoigné de la rencontre entre esthétique et foi, Marc Chagall, a écrit que « pendant des siècles les peintres ont trempé leur pinceau dans cet alphabet coloré qu'était la Bible ». »

Le pape souhaite que notre époque redécouvre en effet la « voie de la beauté » : « La force du style roman et la splendeur des cathédrales gothiques nous rappellent que la via pulchritudinis, la voie de la beauté, est un parcours privilégié et fascinant pour s'approcher du Mystère de Dieu ».

« Qu'est-ce que la beauté, que les écrivains, les poètes, les musiciens, les artistes contemplent et traduisent dans leur langage, sinon le reflet de la splendeur du Verbe éternel fait chair ? » a demandé le pape.