Laïcs: Décès de Rosemary Goldie sous-secrétaire émérite du Conseil pontifical

Disparition d’une pionnière, à Sydney

| 2058 clics

ROME, Mardi 2 mars 2010 (ZENIT.org) - Rosemary Goldie, première femme à avoir assumé un poste à responsabilité au Vatican, s'est éteinte à 94 ans, samedi 27 février, a annoncé l'archidiocèse de Sydney hier, 1er mars.

Une messe de requiem sera célébrée en sa mémoire par le cardinal archevêque de Sydney, George Pell, vendredi prochain, 5 mars.

Rosemary Goldie est l'auteur d'un livre relatant son expérience : « Depuis une fenêtre romaine. Cinq décades : le monde, l'Eglise et le laïcat catholique », « From a Roman window. Five decades : The world, the Church ans the catholic laity » (Harper Collins, 1998). La fenêtre de son bureau, au Palais Saint-Calixte, donnait sur la place Sainte-Marie-au-Transtévère.

Elle avait été nommée sous-secrétaire - « numéro trois » - du Conseil pontifical pour les laïcs par Paul VI en 1966, charge qu'elle exercera jusqu'en 1976, mais elle passa quelque 50 ans au service de l'Eglise et des laïcs catholiques.

Rosemary Goldie a également été l'une des deux femmes « auditeurs » au Concile Vatican II, et la cheville ouvrière de l'organisation de trois congrès mondiaux de l'Apostolat des Laïcs. Elle était aussi professeur émérite de l'Université pontificale du Latran.

Rosemary Goldie était née dans une famille de quatre enfants, de parents journalistes, à Sydney. Elle a été élevée par sa grand mère maternelle, et elle a obtenu son diplôme à l'université de Sydney, en 1936, avant de poursuivre ses études à Paris, à la Sorbonne.

Son premier voyage à Rome datait de 1938. Elle fut ensuite invitée à participer au Comité permanent pour les congrès internationaux de l'Apostolat des laïcs fondé par Pie XII à Rome, en 1952. Et dès 1959, elle devint secrétaire exécutif de ce comité. C'était in noce le futur conseil pontifical pour les Laïcs, fondé par Paul VI.

« Rosemary Goldie n'a pas seulement été une vraie pionnière de l'Eglise catholique australienne, mais elle a été aimée à Rome et admirée pour ses talents », a déclaré le cardinal Pell.

« Elle a apporté une immense contribution à l'Eglise et elle a été une grande championne du laïcat catholique : elle a travaillé inlassablement pour les laïcs et pour le rôle de la femme dans l'Eglise », a-t-il ajouté.

Lors de la Journée mondiale de la jeunesse de Sydney en juillet 2008, Benoît XVI lui avait rendu visite au foyer des petites Sœurs des Pauvres de Randwick, où elle est décédée.

C'est là que seront célébrées ses funérailles, en présence des cardinaux australiens Edward Cassidy, et Edward Clancy, si sa santé le lui permet. La célébration sera présidée par Mgr William Mullins, ancien official de la Congrégation romaine pour l'éducation catholique, dans la chapelle du Foyer de Mount St Joseph.

L'un de ses amis, le Dr Michael Costigan, a fait observer que si elle était petite, de taille, elle a été un « géant au service de son Eglise et des laïcs ». Il l'estime au rang des grandes femmes qui ont illustré l'Eglise catholique en Australie comme Caroline Chisholm (1808-1877, appelée « l'amie des immigrés », cf. Zenit, 25 octobre 2007) ou Mary MacKillop (1842-1909) qui sera canonisée en octobre prochain à Rome.

Lucienne Sallé évoque la « forte personnalité » de Rosemary Goldie et son itinéraire étonnant dans son livre « Femme au Vatican » (Ramsay 1997).

Deux autres femmes ont été nommées à des postes similaires au Vatican : Sœur Rosanna Enrica, nommée par Jean Paul II, en avril 2004, sous-secrétaire de la Congrégation pour la vie consacrée, et Mme Flaminia Giovanelli récemment nommée par Benoît XVI sous-secrétaire du Conseil pontifical justice et paix (cf. Zenit, 21 janvier 2010).

Et Mme Mary Ann Glendon, nommée par Jean-Paul II chef de la délégation du Saint-Siège à la conférence de l'ONU sur la femme, à Pékin, en 1995 - délégation qui comptait une majorité de femmes -, à est actuellement présidente de l'Académie pontificale des Sciences sociales.

Anita S. Bourdin