Lancement de la campagne internationale contre la traite des personnes

Elle durera jusqu’à la fin de la Coupe du Monde 2010

| 1639 clics

ROME, Lundi 17 mai 2010 (ZENIT.org) - Une campagne internationale visant à prévenir la traite des personnes pendant la Coupe du Monde de football qui débute le mois prochain en Afrique du Sud a été lancée la semaine dernière en Italie, au Brésil, au Botswana et Afrique du Sud.

La campagne, initiée par le réseau internationalTalitha Kum de sœurs religieuses originaires de 19 congrégations différentes, est soutenue par l'Union Internationale des Supérieures générales (UISG).

D'après un communiqué de l'organisation internationale des migrations (OIM), cette campagne prévoit : des annonces du service public diffusées à la radio, à la télévision et la distribution de prospectus dans des zones à forte visibilité ainsi que dans les points centraux de transports tels que les arrêts de bus et l'aéroport international de Johannesburg.

Les participants, précise l'OIM, s'adresseront par ailleurs aux chefs de communautés afin d'obtenir un soutien dans leurs activités de sensibilisation parmi les supporters de football en partenariat avec la Conférence des évêques catholiques sud-africains.

« Même s'il n'existe pas de preuve concrète établissant un lien entre l'augmentation de la traite et de tels événements sportifs, la campagne Talitha Kum vise à profiter de l'engouement pour la Coupe du Monde pour sensibiliser à la traite et à la nécessité de mettre en place des mécanismes de protection adéquats », explique Stefano Volpicelli, de l'OIM.

Le travail de l'OIM en Afrique du Sud vise à combler ces lacunes car elles touchent les plus vulnérables, notamment les femmes âgées de 16 à 30 ans qui viennent de foyers brisés ou qui ont été élevées par des parents célibataires, les chômeurs et les plus démunis, en particulier les hommes victimes de traite pour le travail forcé.

« Talitha Kum permettra de mener des activités coordonnées et de créer les liens nécessaires entre le personnel religieux, les chefs de communautés et le grand public », ajoute Stefano Volpicelli. 

Depuis 2004, grâce au financement du Bureau de la population, des réfugiés et des migrations du Département d'Etat américain, l'OIM et l'UISG dispensent une formation sur la prévention et l'aide aux victimes de traite à plus de 500 religieux dans 48 pays d'Afrique, d'Asie, d'Europe et d'Amérique du Sud.

Une étude de l'OIM sur la traite et la Coupe du monde 2006 en Allemagne a établi des preuves peu concluantes sur l'augmentation de la traite à des fins d'exploitation sexuelle.

L'étude recommandait aux futurs organisateurs et villes d'accueil d'élargir le spectre des activités de lutte contre la traite en incluant le travail forcé, notamment dans le secteur de la construction, des activités criminelles et de la mendicité, et de demander plus fermement aux médias de faire des reportages sur la vraie nature et la réelle ampleur du phénomène.

Site OIM : http://iom.int/jahia/Jahia/lang/fr/pid/1