Le baptême, une "chaîne de grâce"

Paroles du pape durant la catéchèse

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 601 clics

Le pape François décrit le baptême comme « une chaîne de grâce, un don qui est fait dans un contexte de sollicitude et de partage fraternel… un acte de filiation vis-à-vis de l’Église ».

Une atmosphère joyeuse et fraternelle régnait au Vatican, pour la première audience générale de l’année 2014, ce 8 janvier. Le pape a commencé, comme à l’accoutumée, par un tour en papamobile, sur la place Saint-Pierre, qui est restée le lieu de rendez-vous hebdomadaire, malgré l’arrivée de l’hiver : l’affluence des visiteurs en effet ne se dément pas et la salle Paul VI ne pourrait pas les contenir.

Le pape, souriant, en connivence avec la foule, s’est arrêté maintes fois pour embrasser et bénir des enfants, desquels il ajustait le capuchon sur la tête si besoin était, avec précaution. Reconnaissant parmi les visages un curé de paroisse de Buenos Aires, le P. Fabian Baez, il l’a embrassé chaleureusement et l'a fait spontanément monter avec lui dans la papamobile, à côté de son secrétaire Mgr Fabiàn Pedacchio Leaniz.

Durant sa catéchèse consacrée au baptême, le pape a décrit ce sacrement comme « une chaîne de grâce » : « Personne ne peut se baptiser soi-même », a-t-il fait observer, l’homme a « toujours besoin de quelqu’un qui confère ce sacrement au nom du Seigneur ».

« Le baptême est un don qui est fait dans un contexte de sollicitude et de partage fraternel. Toujours, dans l’histoire, une personne baptise une autre, une autre, une autre… c’est un acte de filiation vis-à-vis de l’Église », a-t-il poursuivi.

Il a souligné la « force » particulière de ce sacrement : grâce au baptême, le chrétien est « capable de pardonner et d’aimer même ceux qui [l']offensent et [lui] font du mal, de reconnaître dans les derniers et dans les pauvres le visage du Seigneur qui se fait proche. »

Lors des salutations en diverses langues, après la catéchèse, des artistes du cirque « Golden Circus » de Liana Orfei, présents à Rome pour un festival, ont interprété un numéro en fanfare, sous le regard amusé du pape François.

Le cirque international privilégie cette année le monde de l’Amérique latine. « Je les invite, au cours de leur tournée de ville en ville, à se sentir messagers de la joie, messagers de la fraternité, dans une société qui en a tant besoin », leur a dit le pape.