Le bienheureux Mancius au coeur de l'épopée du christianisme au Japon

Des générations héroïques

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 498 clics

Le martyrologe romain fait mémoire, le 25 septembre, du bienheureux Mancius Yukimoto Ichizaemon, martyr japonais (1602-1630).

Originaire de Chikugo, ce laïc du diocèse de Funai était tertiaire de l'Ordre des Augustins (Tertius Ordo Sancti Augustini - TOSA). Martyrisé à 28 ans, il a été béatifié par Pie IX, parmi les 204 compagnons d’Alfonso Navarrete.

On connaît mieux l’histoire de Paul Miki et de ses 25 compagnons martyrs au Japon de 1548 à 1597.

Mais, éprès les grandes persécutions, les missionnaires français des MEP reviennent au Japon. Un jour, en 1865, un homme les aborde et leur pose trois questions : Honorent-ils la Vierge Marie Mère de Jésus ? Sont-ils mariés ? Suivent-ils le pape de Rome ?

Devant leurs réponses satisfaisantes, l’homme les conduit à la communauté : 20 000 catholiques vivaient leur foi en clandestinité, et il s’étaient transmis la foi oralement. L'église d’où les « chrétiens cachés» sont sortis a été détruite par la bombe atomique de 1945, mais une réplique a été reconstruite ensuite.

Le groupe d’Alfonso Navarrete et de ses compagnons 204, dont Mancius, martyrs entre 1617 et 1632, a été béatifié le 7 Juillet 1867 par le bienheureux pape Pie IX (1846-1878).

Le groupe se composait de 153 Japonais, 7 Coréens, 27 Espagnols, 8 Portugais, 6 Italiens, 2 Mexicains et 2 Néerlandais. Parmi eux, 34 jésuites, 59 dominicains (y compris du tiers-ordre), et 58 membres de la confrérie du Rosaire.

Chacun des martyrs est honoré le jour de la date de sa naissance au Ciel mais ils sont honorés ensemble aussi le 10 septembre, jour anniversaire du « grand massacre » de 1622 à Nagasaki : 22 catholiques ont été brûlés vifs et 30 furent décapités.