Le bx François Galvez, franciscain espagnol martyr au Japon

La grande persécution conduit l'Eglise du Japon aux catacombes

| 909 clics

Franz Le Guen

ROME, mardi 4 décembre 2012 (Zenit.org) – Parmi les saints et bienheureux inscrits au martyrologe romain, ce 4 décembre, on découvre la figure singulière de cet amoureux du Japon : le bienheureux François Galvez, religieux martyr espagnol (†1623).

Depuis 1614, un décret interdisait le christianisme au Japon: l'exercice de la religion chrétienne était interdit et les missionnaires devaient être expulsés. Les chrétiens qui avaient hébergé des prêtres clandestinement étaient brûlés.

A Rome, en 1846, une première évaluation établira une liste de 1450 martyrs. En tout, plus de 3.000 chrétiens périrent dans les supplices, 874 autres en prison ou des suites de leur emprisonnement. Cette grande persécution fit entrer l’Eglise du Japon dans les catacombes durant plus de deux siècles.

François Galvez était né dans la province espagnole de Nouvelle Castille, à Utiel. Il avait répondu à l'appel de Dieu en entrant chez les Franciscains de Valence en 1591: il avait 24 ans.  Il fut envoyé renforcer la mission de Manille, aux Philippines, en 1609, et trois ans plus tard celle du Japon. Il dut cependant d'abord rentrer à Manille pour échapper à la persécution en 1614. De là il passa à Macao.

Mais il affronta de nouveau les dangers de la mission japonaise qu’il rejoignit en 1618, non sans s'être maquillé pour ne pas paraître européen. Après un temps de prédication courageuse, il fut arrêté, condamné à mort et brûlé vif à Yeddo. Il a été béatifié en 1867 avec Jérôme de Angelis, jésuite sicilien, et Simon Yempo, ancien moine bouddhiste japonais devenu religieux jésuite.

© Franz le Guen - 2012