Le cadeau du Grand muphti : « Merci pour cette annonce de paix », dit le pape

Prière silencieuse de Benoît XVI dans la mosquée bleue

| 1059 clics

ROME, Jeudi 30 novembre 2006 (ZENIT.org) – « Merci pour cette annonce de paix », a déclaré le pape Benoît XVI en recevant le cadeau que lui a offert le Grand Muphti d’Istanbul à l’issue de sa visite de la grande mosquée bleue : une céramique bleue où était représentée une colombe tenant un rameau d’olivier, et l’inscription, dans cet art exceptionnel de la calligraphie qui caractérise la mosquée, les premières paroles de la prière musulmane : « Au Nom du Dieu clément et miséricordieux ».



Le pape venait de visiter Sainte-Sophie – l’ancienne basilique de la Sainte-Sagesse, c’est-à-dire du Christ inaugurée par Justinien en 585 – où il a apposé sa signature dans le livre d’or du musée. Les observateurs turcs ont apprécié que le pape ne fasse pas le signe de la croix : la prestigieuse basilique Sainte-Sophie, transformée en mosquée, est en effet aujourd’hui un musée et a retrouvé la splendeur de ses mosaïques, cachées sous une couche de plâtre à l’époque ottomane, au XVe s..

La grande mosquée bleue, aux six minarets, et aux 250 fenêtres, tire son nom de la couleur de ses céramiques (de la plus belle époque des céramiques d’Iznik): elle est due au sultan Ahmet I et à l’architecte impérial Mehmet Aga qui l’acheva en 1616.

Lors de la visite à la Mosquée bleue, ce jeudi après midi, à la nuit tombée, vers 16 h 30, le pape a quitté ses chaussures, par respect pour un lieu de prière, comme tous ses hôtes et sa suite. Le Grand muphti a expliqué au pape comment se fait la prière, depuis la plate-forme d’où le muezzin guide la prière (Müezzin mahfili), conduisant ensuite son hôte jusqu’au Minbar (pupitre) de marbre sculpté du XVIIe s. que l’iman utilise lors de la prière du vendredi.

Là, le pape s’est recueilli en silence. A ce propos, le porte parole du Saint-Siège, le P. Federico Lombardi a expliqué à la presse : « Dans la mosquée bleue, le pape s’est arrêté un moment pour méditer et se recueillir. Ce fut un moment de méditation personnelle, de relation à Dieu, qui peut s’appeler également prière personnelle, intime, mais il n’a fait aucune prière avec manifestations extérieures caractéristiques de la foi chrétienne ».

Les explications du muphti s’alternaient avec les commentaires architecturaux du second guide du pape qui faisait noter la hauteur de la coupole : 44 mètres et les motifs floraux qui ont suscité les gestes d’admiration du pape.

Puis est venu le moment de l’échange de dons, le pape a reçu une céramique – bleue turquoise – représentant une colombe tenant un rameau d’olivier. Le Grand muphti a expliqué au pape l’inscription qui y est calligraphiée : « Au nom du Dieu clément et miséricordieux », début de toute prière musulmane.

Le pape a également reçu un tableau représentant des bateaux sur le Bosphore et enfin un livre sur l’architecture et l’archéologie.

Pour sa part, Benoît XVI a offert au Grand muphti une mosaïque représentant des colombes autour d’une coupe d’eau.

Le pape a remercié le Grand muphti pour son cadeau, « symbole de paix et de fraternité », demandant à Dieu, le Miséricordieux « d’aider l’humanité à construire cette paix et cette fraternité ». « Merci pour cette annonce de paix », a insisté le pape.

Le pape parlait en italien, un jeune interprète traduisait du turc à l’italien et vice versa. Dans un geste spontané et chaleureux, le pape l’a également remercié en lui remettant un cadeau.