Le card. König, attentif au dialogue social

"Pour privilégier ce qui unit et non ce qui divise"

| 500 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 28 mars 2004 (ZENIT.org) – Le cardinal König était "attentif au dialogue social pour privilégier ce qui unit et non ce qui divise", souligne le cardinal Schönborn.



Le cardinal König est décédé le 13 mars à l’âge de 98 ans. Ses funérailles ont été présidées à Vienne samedi 27 mars, par le cardinal Joseph Ratzinger en la cathédrale Saint-Etienne, en présence de nombreux cardinaux.

Dans l’homélie prononcée par le successeur du cardinal König, le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, celui-ci a rappelé l’héritage spirituel laissé par le défunt cardinal surtout dans le domaine œcuménique, indique Radio Vatican.

Il évoquait le cardinal König comme un homme doté d’une spiritualité "simple et profonde", capable de jeter des ponts au niveau œcuménique et attentif au dialogue social pour privilégier ce qui unit et non ce qui divise et sensible à l’engagement pour la préservation de la vie humaine.

Jusqu’aux derniers jours de son existence, soulignait l’archevêque, le cardinal König s’est battu en prenant fermement position contre l’euthanasie.

"L’homme, a-t-il écrit dans une lettre au président autrichien, devrait pouvoir mourir en tenant la main d’un autre homme, jamais par la main d’un autre homme".

Le chef de l’Etat, M. Thomas Klestil, a pour sa part évoqué le défunt cardinal comme un "grand européen", un "prince de l’Eglise", au vrai sens de la parole, même si c’est un "prince serviteur", serviteur des pauvres et des handicapés, des défavorisés, des marginaux, dans une société de l’opulence.