Le card. Ouellet demande pardon aux victimes d'abus

Au nom du pape, pèlerinage pénitentiel au sanctuaire de S. Patrick

| 1491 clics

Traduction d’Anne Kurian

DUBLIN, mercredi 13 juin 2012 (ZENIT.org) – Le cardinal Marc Ouellet a demandé pardon, au nom du pape et de l’Eglise, aux victimes d’abus, en Irlande et dans le monde, lors d'un pèlerinage pénitentiel au sanctuaire de S. Patrick

Lors de son pèlerinage sur l’île de Lough Derg, au nord de l’Irlande, les 12 et 13 juin, dans le cadre du 50e Congrès eucharistique international, le cardinal Marc Ouellet, représentant de Benoît XVI pour le Congrès, a rencontré un groupe de victimes d’abus du fait de membres du clergé.

Le groupe était constitué d’hommes et de femmes, de diverses régions d’Irlande. La rencontre a duré deux heures, durant lesquelles chaque victime a parlé de son expérience personnelle d’abus, et des conséquences sur sa vie.

Après la rencontre, le cardinal a célébré la messe en la basilique Saint-Patrick, haut-lieu national de pèlerinage, accompagné d'une centaine d’Irlandais et de pèlerins internationaux.

« Le pape Benoît XVI m’a demandé,  en tant que son représentant pour le 50e Congrès eucharistique international à Dublin, de me rendre à Lough Derg et de demander le pardon de Dieu pour les abus sexuels commis sur des enfants par des ecclésiastiques, non seulement en Irlande mais partout dans l’Eglise », a-t-il confié dans son homélie.

« Je viens ici, a-t-il poursuivi, avec l’intention spécifique de demander pardon, à Dieu et aux victimes, pour le grave péché d’abus sexuel sur des enfants par des membres du clergé. »

« La tragédie des abus sexuels sur mineurs perpétrés par des chrétiens, spécialement quand ils sont commis par des membres du clergé, est une source de grande honte et d’énorme scandale », a-t-il déclaré.

Le préfet de la Congrégationpour les évêques a aussi souligné que l’Eglise a conscience de la «souffrance » et du « désespoir » infligés par de tels abus « chez des milliers de victimes ». En outre, a-t-il ajouté, « la réponse de certaines autorités de l’Eglise à ces crimes a été souvent inadéquate et inefficace pour stopper les crimes, en dépit d’indications claires dans le code de droit canon ».

« Au nom de l’Eglise, a-t-il proclamé, je demande pardon aux victimes, dont j’ai rencontré certaines ici à Lough Derg. »

Le cardinal a également redit aux victimes ce que Benoît XVI avait écrit dans sa lettre aux catholiques d’Irlande: « Il est compréhensible que vous trouviez difficile de pardonner ou de vous réconcilier avec l'Eglise. En son nom, je vous exprime ouvertement la honte et le remord que nous éprouvons tous. Dans le même temps, je vous demande de ne pas perdre l'espérance. C'est dans la communion de l'Eglise que nous rencontrons la personne de Jésus Christ, lui-même victime de l'injustice et du péché. »

Enfin, le cardinal canadien a réaffirmé « l’engagement de l’Eglise catholique à créer un environnement sans danger » pour les enfants, assurant de la prière de l’Eglise « pour qu’une nouvelle culture de respect, d’intégrité et d’amour à l’exemple du Christ prévale parmi nous et se répande dans la société en son entier ».

Il a confié par ailleurs qu’il était profondément touché par sa rencontre avec les victimes d’abus et qu’il rapportera cette rencontre au pape Benoît XVI à son retour à Rome.

Le représentant du pape et sa délégation, entre autres Mgr Charles Brown, nonce apostolique en Irlande, et Mgr Liam MacDaid, évêque de Clogher, ont passé la nuit du 12 au 13 juin sur l’île, jeûnant  et participant à des célébrations pénitentielles avec les pèlerins, selon la grande tradition de Saint Patrick.