Le card. Ratzinger reçoit le Prix "Capri San Michele"

Pour son livre "Foi, vérité, tolérance"

| 1008 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 10 octobre 2004 (ZENIT.org) – Le cardinal Joseph Ratzinger, préfet de la congrégation pour la Doctrine de la Foi, s’est vu attribuer le Prix "Capri San Michele" pour son livre intitulé: "Foi, vérité, tolérance" (Ed. Cantagalli, Sienne).



La remise du prix devait avoir lieu ce soir à Anacapri,

Le directeur de la maison d’édition, Davide Cantagalli a expliqué à Radio Vatican que le prix avait été attribué au cardinal bavarois entre autres parce que "dans le sillage de l’encyclique "Fides et Ratio", il a eu "le courage d’affronter l’aventure de la vérité".

Il soulignait l’importance "de son invitation à la critique historique, à ne pas abdiquer devant le problème de la vérité".

Pour ce qui est du livre, l’éditeur se disait frappé par "sa grande clarté et sa faculté d’expliquer des concepts difficiles à des personnes qui n’ont pas fait d’études théologiques ou philosophiques: ce volume a une grande force magnétique, parce qu’il conduit le lecteur à découvrir et à comprendre des concepts sans cela absolument hermétiques. Le cardinal Ratzinger donne dans ce volume la preuve non seulement d’être l’un des plus grands théologiens de notre temps, mais d’avoir aussi une extraordinaire maîtrise culturelle de type humaniste et anthropologique. En quelques mots, le volume résulte extrêmement clair".

Mais est-ce qu’avoir foi dans une vérité absolue n’est pas en contradiction avec la tolérance et la capacité de dialogue?

"Je pense, répond l’éditeur, que la tolérance et le dialogue ne signifient pas affirmer à tout prix l’égalité des religions, qui ne diffèreraient, selon certains, que du point de vue culturel et historique. La tâche du chrétien est d’affirmer avec force la différence de sa religion par rapport aux autres. Une différence qui trouve sa première raison dans un événement historique dont le christianisme est né et par lequel il s’est différencié des autres religions. Cela ne veut pas dire imposer aux autres son propre credo, mais faire fond, en dialoguant, sur cette vérité. Je crois qu’enfin le dialogue doit être mené principalement sur le front de faits concrets qui concernent la vie quotidienne de chaque homme, qu’il soit chrétien, musulman, bouddhiste, ou hindouiste".

Mais face au relativisme actuel que peut dire ce livre aux hommes d’aujourd’hui? "Le volume est une réponse très efficace à toutes les théories qui affirment une égalité substantielle entre les différentes religions. A ceux qui invoquent le relativisme comme présupposé pour une véritable tolérance, et le considèrent par conséquent comme la conditio sine qua non pour un dialogue vraiment efficace entre les religions. Et aussi face à ceux qui affirment au niveau culturel qu’en réalité, il n’existe pas de vérité absolue, mais que toutes les vérités son intrinsèquement relatives. Le cardinal Ratzinger nous explique dans cet essai que tout cela n’est pas vrai, puisque la foi pleine du Nouveau testament et de l’Eglise de tous les temps trouve sa pleine correspondance dans la nature de l’homme".