Le cardinal Kasper n’a jamais voulu abolir le célibat des prêtres

« Les temps ont changé » depuis la signature de la pétition en 1970

| 1722 clics

ROME, Mercredi 9 février 2011 (ZENIT.org) - Le cardinal Walter Kasper, président émérite du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, déclare que « les temps ont changé » depuis sa participation à la signature d'une pétition en faveur de l'ouverture d'une étude sur la nécessité du célibat obligatoire pour les prêtres, en 1970, et réaffirme ne jamais avoir demandé l'abolition de cette pratique de l'Eglise.



Le cardinal et le pape actuel, alors simple théologien, signèrent avec d'autres théologiens dont Karl Rahner, Otto Semmelroth et Karl Lehmann (ils étaient 9 en tout), un mémorandum aux évêques allemands, demandant à ces derniers d'ouvrir un débat sur le caractère obligatoire du célibat.

Dans des déclarations à l'agence portugaise Ecclesia, le cardinal a précisé que l'intention était de « discuter » de la question, mais sans aucune proposition d' « abolir » cette discipline de l'Eglise.

« Depuis on a beaucoup discuté, il y a eu trois Synodes internationaux qui ont parlé du célibat et on a décidé de maintenir cette discipline, et moi-même je pense que le célibat est un bien pour l'Eglise », a déclaré le cardinal Kasper.

Les semaines passées, plus de 140 théologiens catholiques d'universités catholiques allemandes, suisses et autrichiennes ont signé une pétition « Eglise 2011 : un renouvellement indispensable », demandant une réforme de fond de l'Eglise et affrontant, entre autres questions, la fin du célibat obligatoire pour les prêtres.

Le document a été diffusé le 4 février par le quotidien allemand « Süddeutsche Zeitung ».

Le cardinal Kasper a reconnu que la discussion « n'est jamais close », mais a souligné que la décision de l'Eglise sur la question « est prise » et que le pape actuel ne pense pas « changer cette discipline » du célibat obligatoire.

Le cardinal Kasper, nommé par Jean Paul II, a été président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens de 2001 à 2010. Il était ces jours-ci à Lisbonne pour recevoir le titre de docteur honoris causa que lui conférait l'université catholique portugaise (UCP).