Le cardinal Martino rend hommage à Aristides de Sousa Mendes

Le "Schindler portugais" qui a sauvé des milliers de personnes du nazisme

| 409 clics

ROME, dimanche 27 juin 2004 (ZENIT.org) - Le cardinal Renato Martino a présidé une messe, jeudi dernier à Rome, en mémoire d'un consul portugais qui, au cours de la deuxième guerre mondiale a sauvé plusieurs milliers de personnes dont 10.000 juifs.



Le cardinal Martino, président du Conseil pontifical justice et paix a affirmé au cours de son homélie qu'Aristides de Sousa Mendes fait partie de ces hommes qui ont contribué à sauver "l'honneur de l'humanité" au cours des sombres années de la guerre.

"Nous voulons pour cela rendre grâce au Seigneur qui sait susciter le bien même dans des contextes marqués par l'horreur et le mystère diabolique de l'injustice qui pollue continuellement les relations entre les personnes et les peuples", a ajouté le cardinal italien.

L'Eucharistie a eu lieu en la Basilique Santa-Maria-in-Trastevere à l'initiative de la
Fondation Internationale Raoul Wallenberg.

Aristides de Sousa Mendes sauva des personnes poursuivies par le régime nazi, alors qu'il était consul du Portugal à Bordeaux, en leur donnant des visas portugais, malgré l'interdiction de son gouvernement qui avait choisi de rester neutre.

Le 17 juin 1940, alors qu'une foule de gens s'est réfugiée au consulat, il défie ouvertement les ordres de son gouvernement, accordant des visas par milliers, travaillant jour et nuit pendant trois jours. On estime qu'il aurait sauvé quelque 30.000 personnes dont des membres de la famille impériale autrichienne, les Habsburg. Trois jours plus tard l'Allemagne bombardait Bordeaux.

Le dictateur portugais Oliveira Salazar ordonne qu'il soit rayé de la diplomatie pour désobéissance et qu'il soit jugé.

Le conseil disciplinaire oppose les violations des normes aux convictions catholiques du consul. Sousa Mendes est destitué. Ses enfants perdent leur travail. Sa famille est obligée de manger avec les réfugiés dans la Société d'Aide à l'Immigré Juif (HIAS). Aristides de Sousa Mendes meurt pauvre et malade le 3 avril 1954.

Le rabbin E. Ablin, vice-président de la Fondation Raoul Wallenberg et du Comité International Angelo Roncalli participait à la messe.

Il a prononcé une allocution devant l'assemblée expliquant que pour célébrer les 50 ans de la mort du diplomate portugais, la fondation a promu des célébrations religieuses dans 30 églises et 28 synagogues de 28 pays dont le Portugal, Israël, les Etats-Unis, l'Espagne, la Suisse, la Belgique, le Brésil, la France, l'Allemagne, le Timor Oriental, l'Argentine, le Venezuela et l'Afrique du Sud.

La Fondation internationale Raoul Wallenberg et le Comité international Angelo Roncalli ont pour objectif de diffuser le message et de faire mémoire de l'action de ceux qui ont risqué leur vie pour sauver des personnes poursuivies pendant l'Holocauste, comme Raoul Wallenberg et le nonce apostolique Angelo Roncalli qui devint pape sous le nom de Jean XXIII.

A la fin de la messe, la Fondation et le Comité international Angelo Roncalli ont annoncé la décision de remettre le Prix "Sousa Mendes-50e anniversaire" au cardinal Martino.

Le prix est octroyé à des personnes dont la conviction personnelle et les actions reflètent les principes éthiques, les valeurs de solidarité humaine et la conduite exemplaire qui ont caractérisé des hommes comme Wallenberg, De Sousa Mendes ou Jean XXIII.

Au cours de la célébration, à laquelle participaient de nombreux ambassadeurs près le Saint-Siège (dont ceux du Portugal et d'Israël), les fidèles ont prié pour la coexistence harmonieuse entre les personnes et les communautés de croyances, races et ethnies différentes, rejetant de manière explicite l'antisémitisme et la discrimination raciale.