Le cardinal Shan Kuo-hsi , témoin de l’Evangile jusqu’au bout

L’archevêque de Taiwan, atteint d’un cancer, diffuse un message d’espérance

| 1843 clics

ROME, Mardi 11 septembre 2007 (ZENIT.org ) - Après que lui ait été diagnostiquer une tumeur aux poumons l'année dernière, le cardinal Paul Shan Kuo-hsi ne s'est pas découragé. Au contraire, il a voulu donner l'exemple et affronter la vie avec courage.

En octobre dernier, le cardinal jésuite, évêque émérite de Kaohsiung, ancien président de la conférence épiscopale régionale chinoise à Taiwan, a entamé un voyage intitulé « Adieu à ma vie ».

Sa première destination a été Hsinchu, sur la côte nord occidentale de Taiwan, et depuis il a visité six autres diocèses de l'île.

« Je traite le cancer comme mon ‘petit ange' », a dit le cardinal à ZENIT dans un entretien téléphonique. « Il me pousse à dire aux gens que nous devons avoir le courage d'affronter les défis de notre vie ».

Le voyage a pris fin mercredi 5 décembre, lorsque le prélat a visité la Fu Jen Catholic University de Taipeh, qui lui a décerné une reconnaissance pour son amour pour la vie.

Le cardinal Shan Kuo-hsi, qui a fêté ses 84 ans dimanche dernier, a affirmé être « très heureux d'être un témoin de l'Evangile » au dernier stade de sa vie.

Il a raconté avoir visité le 22 novembre dernier, un centre de désintoxication pour toxicomanes à Taitung et d'avoir rencontré à cette occasion 300 personnes. « Le cancer - leur a-t-il dit - m'a fait comprendre que, me trouvant à la dernière étape de ma vie, je dois apporter le meilleur de moi-même à la société ».

Le cardinal à prié pour les hôtes de ce centre et a souhaité que chacun fasse preuve d'« amour » pour résoudre les problèmes de la vie quotidienne.

C'est en juillet 2006 que son cancer lui a été diagnostiqué. Il lui a en outre été dit qu'il lui restait 4 à 5 mois à vivre. En racontant cela aux personnes qu'il a rencontrées, le cardinal a déclaré avoir été bouleversé.

« Au début, j'ai demandé au Seigneur, ‘Pourquoi moi'? . Avec le recul, j'ai compris que cela était la volonté de Dieu », observe-t-il. « Il voulait que j'aide les autres en partageant avec eux mon expérience personnelle ».

« Aujourd'hui je me dis : 'Pourquoi pas moi ?'. Un cardinal n'a pas le privilège d'être pour toujours en bonne santé ! », a-t-il ajouté.

Le cardinal a loué l'exemple héroïque du pape Jean-Paul II qui a fait de son mieux pour vivre jusqu'aux dernières minutes de sa vie, avec dignité.

Paul Shan Kuo-hsi est né dans la province de Hebei, au nord de la Chine. Il a quitté la Chine continentale après être entré chez les jésuites en 1946. Il a été ordonné évêque aux Philippines en 1955.

Il a été nommé évêque de Hualien, Taiwan, en 1979, et évêque de Kaohsiung en 1991. Créé cardinal en 1998, il s'est démis de sa charge pastorale en 2006.