Le célibat des prêtres, par pertes et profits?

Les "mille signes" du porte-parole des évêques de France

Paris, (Zenit.org) Mgr Bernard Podvin | 1736 clics

Le nouveau Secrétaire d'Etat choisi par le Saint Père répond à une interview? Le microcosme s'enflamme. Comme si l'hypothétique levée de l'obligation du célibat sacerdotal devenait un Sésame vocationnel. Comme si des siècles de tradition n'avaient plus aucune signification prophétique. Comme si le clergé mondial vivait en puérile clandestinité affective. Comme si les candidats au sacerdoce n'étaient pas préparés à cet engagement pendant près de dix ans.

Comme si le célibat était une coquille vide. Comme si les prêtres ne recevaient pas un sacrement admirablement complémentaire du sacrement de mariage. Comme si le Christ n'appelait pas des prêtres selon son cœur, et non à l'aune de nos sensibilités conjoncturelles… Comme si l'Occident, démuni de prêtres, se croyait nombril de l'Eglise, alors que le nombre de vocations va croissant à échelle planétaire. Le Pape François fera ce que Dieu lui inspirera de bon pour l'humanité et pour l'Eglise. Son Secrétaire d'Etat est à son service.
Ne pas éluder les questions cruciales et authentiques que pose le célibat sacerdotal latin n'a jamais voulu dire remettre en question la raison d'être de ce célibat sacerdotal! De même que la communauté chrétienne est confiée aux prêtres, le célibat des prêtres doit davantage être confié à la prière et à l'estime de tous les baptisés.

Mgr Bernard Podvin
Porte-parole des évêques de France