Le chrétien n'est pas esclave des structures

Homélie du matin

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 1173 clics

Le pape a invité à « ne pas avoir peur du renouveau des structures » dans l’Eglise, car le chrétien est « libre » et non pas « esclave des habitudes et des structures », lors de son homélie du samedi 6 juillet 2013.

Pour cette dernière messe retransmise à la Maison Sainte-Marthe avant la pause de l’été, de nombreux employés du Vatican étaient présents, selon L’Osservatore Romano et Radio Vatican.

Un vrai renouveau

Le pape a commenté l’évangile du jour (Mt 9, 14-17), soulignant « l’esprit d’innovation » de Jésus : « quelques disciples de Jean lui posent la question : « Pourquoi tes disciples ne jeûnent-ils pas, alors que nous et les pharisiens nous jeûnons ? ». Et « Jésus conseille le jeûne, mais dans la liberté ».

« Avec Jésus, la doctrine de la loi est enrichie, renouvelée. Jésus fait toute chose nouvelle, il renouvelle les choses » : « sa vocation et de tout renouveler. Le Royaume de Dieu que Jésus prêche est un renouveau, un vrai renouveau ». Et ce renouveau « est avant tout dans le coeur » de l’homme.

Pour le pape, « être chrétien signifie se laisser renouveler par Jésus en une vie nouvelle ». Il « ne suffit pas de  dire: « tous les dimanches, de 11h à midi je vais à la messe, et je fais ceci et cela », comme si c’était une collection ».

« La vie chrétienne n’est pas un collage de choses. C’est une totalité harmonieuse, oeuvre de l’Esprit-Saint. Il renouvelle tout. Il renouvelle le coeur, la vie et fait vivre d’une façon différente ».

Chrétien à plein temps

« On ne peut pas être chrétien à temps partiel. Etre chrétien à temps partiel ne fonctionne pas », il faut l’être « dans la totalité et à temps plein ».

« Être chrétien ce n’est pas ‘faire des choses’. C’est se laisser renouveler par l’Esprit-Saint. Pour reprendre les paroles de Jésus, c’est devenir du vin nouveau ».

La nouveauté de l’Evangile va au-delà des personnes : « elle renouvelle les structures. C'est pour cela que Jésus dit : “à vin nouveau outres neuves”. Dans la vie chrétienne, mais aussi dans la vie de l’Eglise, il y a des structures caduques. Il est nécessaire de les renouveler. »

« L’Eglise a toujours été attentive au dialogue avec les cultures » et essaie de se renouveler pour répondre aux exigences des lieux, des temps et des personnes : c’est un travail « que l’Eglise a toujours fait, depuis les premiers temps », a insisté le pape, qui a donné l’exemple du premier « débat théologique » : « pour devenir chrétien est-il nécessaire de suivre toutes les pratiques judaïques ou non ? Non, ils ont répondu non ».

La liberté du renouveau

Le pape a invité à « ne pas avoir peur de la nouveauté de l’Evangile, ne pas avoir peur de la nouveauté que l’Esprit-Saint fait en soi, ne pas avoir peur du renouveau des structures ».

« L’Eglise est libre. L’Esprit-Saint la porte en avant. C’est ce que Jésus enseigne dans l’Evangile: la liberté est nécessaire pour trouver toujours la nouveauté de l’Evangile dans sa vie et dans les structures. La liberté [est aussi nécessaire pour] choisir des outres neuves pour cette nouveauté. Le chrétien est un homme ou une femme libre, avec cette liberté de Jésus Christ. Il n’est pas esclave d’habitudes, de structures ».

Pour conclure, le pape a encouragé à demander « la grâce de ne pas avoir peur de la nouveauté de l’Evangile, de ne pas avoir peur du renouveau qu’opère l’Esprit-Saint, de ne pas avoir peur de laisser tomber les structures caduques qui nous emprisonnent ».

Et lorsque le chrétien a « peur », il sait que « sa mère Marie » est avec lui, tout comme elle était présente à la Pentecôte : « Là où est la mère, les enfants sont en sécurité ».