Le Christ n’est pas venu pour dominer les peuples mais pour les libérer

Angélus de la fête du Christ Roi

| 1772 clics

ROME, Dimanche 26 novembre 2006 (ZENIT.org) – Dieu est « Amour et Vérité », explique Benoît XVI à propos de la fête du Christ Roi, avant d’ajouter : « Et l’amour, comme la vérité, ne s’impose jamais ». Et le Christ n’est pas venu pour « dominer » les peuples mais pour les « libérer ».



Benoît XVI a commenté ce dimanche la solennité qui clôt l’année liturgique catholique en célébrant la Royauté universelle du Christ.

« En ce dernier dimanche de l’année liturgique, nous célébrons la solénnité du Christ Roi de l’Univers, rappelait le pape. L’évangile d’aujourd’hui nous propose à nouveau une partie du dramatique interrogatoire auquel Ponce Pilate a soumis Jésus, lorsqu’il lui a été livré avec l’accusation d’usurper le titre de ‘Roi des Juifs’. Aux questions du gouverneur romain, Jésus a répondu en affirmant être roi, mais que sa royauté n’était pas de ce monde ».

« Il n’est pas venu pour dominer les peuples et les territoires, mais pour libérer les hommes de l’esclavage du péché et les réconcilier avec Dieu », commentait le pape.

« Mais, interrogeait Benoît XVI, quelle est cette vérité dont le Christ est venu rendre témoignage au monde ? Toute son existence révèle que Dieu est amour ; telle est la vérité dont il a rendu un plein témoignage par le sacrifice de sa vie sur le Calvaire. La Croix est le ‘trône’ depuis lequel il a manifesté la sublime royauté du Dieu Amour : en s’offrant en expiation pour le péché du monde, Il a défait la domination du ‘prince de ce monde’, et il a instauré définitivement le Royaume de Dieu. Un Royaume qui se manifestera en plénitude à la fin des temps, après que tous ses ennemis, et finalement la mort, auront été soumis. Alors le Fils remettra le Royaume au Père et finalement, Dieu sera ‘tout en tous’ ».

Le pape indiquait ensuite le « chemin pour atteindre ce but », un chemin « long » et qui « n’admet pas de raccourcis » : « Il faut en effet que chaque personne accueille, librement, la vérité de l’amour de Dieu. Il est Amour et Vérité, et l’amour, comme la vérité, ne s’impose jamais : ils frappent à la porte du cœur et de l’esprit, et, là où ils peuvent entrer ils apportent la paix et la joie. Telle est la manière de régner de Dieu ; tel est son projet de salut, un ‘mystère’ au sens biblique du terme, c’est-à-dire un dessein qui se révèle peu à peu dans l’histoire ».

Le pape concluait en invoquant la Vierge Marie, qui a été « associée de façon très singulière à la Royauté du Christ » : « Dieu lui a demandé, à elle, l’humble jeune fille de Nazareth, de devenir Mère du Messie, et Marie a répondu à cet appel de tout son être, en unissant son ‘oui’ sans condition à celui de son Fils Jésus, et en se faisant avec lui obéissante jusqu’au sacrifice. C’est pourquoi Dieu l’a exaltée au-dessus de toute créature et le Christ l’a couronnée Reine du Ciel et de la terre. Confions à son intercession l’Eglise et toute l’humanité, afin que l’amour de Dieu puisse régner dans les cœurs et que s’accomplisse son dessein de justice et de paix ».