Le coeur doit vieillir comme le bon vin...

...et non comme un vinaigre, homélie du 20 juin 2014

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 753 clics

Si le cœur de l'homme est attaché aux trésors d'ici-bas, il est « esclave » et il risque de vieillir « comme le mauvais vin : avec le temps il devient du vinaigre ». Un cœur libre au contraire « vieillit comme le bon vin », affirme le pape François lors de la messe du 20 juin 2014, à la Maison Sainte-Marthe.

Le pape commente le conseil de Jésus dans l’Évangile « Ne vous faites pas de trésors sur la terre... Mais faites-vous des trésors dans le ciel » (Mt 6,19-23) : un « conseil de prudence » car les trésors de la terre « ne sont pas sûrs : ils s’abîment » ou peuvent être « volés ».

Trois trésors dangereux

Ces « trésors » sont principalement au nombre de trois : « Le premier trésor : l’or, l’argent, les richesses… », qui sont « bons » s'ils « servent à faire des bonnes choses, à faire vivre sa famille... ».

Mais « accumulés comme un trésor, ils te volent ton âme », met-il en garde : « Un euro de plus te rend-il plus heureux ? Les richesses sont un trésor dangereux. Tu ne peux en être sûr, parce que tu vas peut-être te le faire voler... Tu n'es pas sûr de ces investissements... La Bourse va peut-être s’effondrer et tu vas rester sans rien ! »

Le deuxième trésor, « c’est la vanité : le trésor du prestige, de se faire voir ». La vanité « ne sert pas, elle a une fin » comme le disait saint Bernard : « Ta beauté finira en plat pour les vers ».

Le troisième trésor c'est « l’orgueil », « le pouvoir » comme la reine Athalie dans la première lecture (2R 11,1-4.9-18.20) : « Son grand pouvoir a duré sept ans, et puis elle a été tuée. Le pouvoir a une fin ! Combien de grands, d’orgueilleux, d’hommes et de femmes de pouvoir ont fini dans l’anonymat, dans la misère ou en prison. »

Garder un cœur libre

Le Seigneur demande au contraire, d’accumuler des « trésors dans le ciel », afin d'avoir « le cœur libre » : « si ton trésor est dans les richesses, dans la vanité, dans le pouvoir, dans l’orgueil, ton cœur y sera enchaîné ! Ton cœur sera esclave des richesses, de la vanité et de l’orgueil ! »

« On ne peut avoir le cœur libre qu’avec les trésors du ciel : l’amour, la patience, le service des autres, l’adoration de Dieu. Voilà les vraies richesses qui ne se font pas voler. Les autres richesses appesantissent le cœur ; elles l’enchaînent, elles ne lui donnent pas la liberté. »

Un « cœur esclave n’est pas un cœur lumineux ; il sera ténébreux » et « comme le mauvais vin, il s’abîme davantage avec le temps et il devient du vinaigre. Un cœur libre est un cœur lumineux, qui illumine les autres, qui fait voir la route qui mène à Dieu. Il n’est pas enchaîné, il va de l’avant et il vieillit bien, parce qu’il vieillit comme le bon vin... »

Pour conclure, le pape souhaite aux chrétiens « la prudence spirituelle, pour bien comprendre où est [leur] cœur, à quel trésor il est attaché, et la force de le désenchaîner s’il est enchaîné, pour qu’il devienne libre, qu’il devienne lumineux et donne ce bonheur des enfants de Dieu, cette vraie liberté ».

Avec une traduction de Constance Roques