Le collège Saint Basile, pont entre les chrétiens d’Orient et d’Occident

Accueil des séminaristes des Eglises orientales

| 1456 clics

ROME, Mardi 23 janvier 2007 (ZENIT.org) – Le « Collège Saint Basile » est né officiellement le 14 janvier à Paris, une initiative lancée par le Centre Istina (www.istina.fr) en septembre 2006 (cf. http://www.dominicains.info).



Le Centre d'études Istina est aujourd'hui dirigé par le Père Hyacinthe Destivelle, dominicain, ancien prieur du couvent dominicain de Saint-Pétersbourg et spécialiste de l’Église russe, enseignant à l'Institut Catholique de Paris et membre du Comité mixte catholique-orthodoxe. Le Centre poursuit ses activités œcuméniques traditionnelles (accueil de chercheurs, organisation de colloques, de voyages, expertise, édition d'une revue) tout en réfléchissant à de nouvelles manières de promouvoir l'unité.

La vocation du « Collège Saint Basile » est d’accueillir des séminaristes des Eglises orientales, notamment orthodoxes, qui souhaitent poursuivre des études de théologie à Paris et mieux connaître le christianisme occidental.

Ces séminaristes sont envoyés par leurs évêques et destinés à être à l’avenir des ponts entre les chrétiens d’Orient et d’Occident.

Les offices qu’ils célèbrent quotidiennement dans la chapelle du Collège donnent également aux chrétiens occidentaux la possibilité de mieux connaître la spiritualité orientale.

Cinq séminaristes, venant pour la plupart des pays de l’ex-URSS, sont actuellement accueillis par le Collège Saint-Basile et inscrits dans différents établissements supérieurs.

Le Collège est en effet, au sens romain du terme, non pas un établissement d’enseignement, mais un lieu où vivent et prient des séminaristes qui suivent des cours dans diverses facultés.

Pour l’inauguration du collège, en la chapelle du Centre Istina, l’archevêque du Patriarcat de Moscou en Europe occidentale, Mgr Innocent de Chersonèse, a présidé la Divine liturgie en présence du cardinal Roger Etchegaray, Vice-doyen collège cardinalice, et président émérite du conseil pontifical « Justice et Paix », de Mgr Fortunato Baldelli, nonce apostolique en France, de Mgr Francesco Follo, Observateur Permanent du Saint-Siège à l’UNESCO.

C’était la fête liturgique de Saint Basile, un saint commun aux chrétiens d’Orient et d’Occident, commémoré le 14 janvier chez les orthodoxes, et le 1er janvier selon le calendrier julien.

L’archevêque Innocent de Chersonèse voyait dans cette inauguration un moment « historique » « pour les relations entre catholiques et orthodoxes ». Il soulignait combien « la formation d’une nouvelle génération de théologiens est importante pour le dialogue entre les Eglises ».

Au nom du Patriarcat de Moscou, l’archevêque russe a remercié l’Eglise catholique de son aide, et particulièrement le Centre Istina, dont le rôle a été important pour les chrétiens de Russie à l’époque de la persécution soviétique.

Le cardinal Etchegaray a pour sa part rappelé les récents progrès des relations entre catholiques et orthodoxes. « La création du Collège Saint-Basile est un événement et une promesse », a-t-il déclaré en soulignant également l’enjeu de la formation des futurs prêtres pour le progrès des relations œcuméniques, « pour un Orient et un Occident qui ne cessent de s’appeler mutuellement ».