Le culte spirituel des baptisés, selon saint Paul : audience du mercredi

Abolition des sacrifices d’animaux

| 1167 clics

ROME, Mercredi 7 janvier 2009 (ZENIT.org) - L'enseignement de saint Paul sur le culte spirituel marque l'abandon définitif des sacrifices d'animaux. Au lieu d'être source de mort, le culte spirituel est un culte de la vie, la vie concrète et quotidienne du chrétien habité par l'Esprit Saint.

C'est en substance ce que Benoît XVI a exprimé dans sa catéchèse du mercredi, en la salle Paul VI du Vatican, pour cette première audience générale de l'année civile.

Benoît XVI a annoncé qu'il poursuivait ses catéchèses sur saint Paul, dans le cadre de l'année Saint-Paul qui s'achèvera le 29 juin prochain, catéchèses interrompues par les fêtes de Noël et du Nouvel An.

« Je voudrais aujourd'hui réfléchir avec vous sur un des aspects les plus intéressants de sa pensée : le culte que les chrétiens doivent rendre à Dieu », a annoncé le pape.

Benoît XVI a fait observer que c'est le fait que la théologie de Paul soit « centrée sur la croix du Christ » qui « renouvelle radicalement la réalité du culte ».

On se souvient que le culte du temple de Jérusalem était fait d'offrandes d'animaux, et donc de sacrifices sanglants. Mais l'offrande du Christ a mis fin aux sacrifices des animaux. Déjà, dans la Genèse, l'épisode de la « ligature d'Isaac » marquait la fin des sacrifices humains.

Maintenant le culte définitif, dans le Christ, un « culte spirituel » est institué. « L'ancien culte s'achève dans l'acte suprême de l'amour divin incarné dans le Christ, amour porté à sa plénitude par sa mort sur la croix. Le corps du Ressuscité est le seul temple », a affirmé Benoît XVI.

Le pape s'est arrêté au terme de « sacrifice » utilisé par saint Paul non plus pour l'effusion du sang, mais pour toute « l'existence chrétienne concrète », citant le fameux passage du début du ch. 12  de l'Epître aux Romains où Paul dit : «  Je vous exhorte, frères, à présenter vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu ». Le pape commente le passage en disant : « vos corps, c'est-à-dire vous-mêmes ». En d'autres termes, l'homme vivant et agissant !

C'est pourquoi Benoît XVI fait observer ce passage de la mort à la vie, dans le nouveau culte inauguré par le Christ mort et ressuscité : « Le sacrifice, normalement, suppose la mort de la victime, et là il en parle en lien avec la vie. Il s'agit pour le chrétien d'honorer Dieu dans l'existence quotidienne la plus concrète ».

Et ce culte, il est rendu possible par le don de l'Esprit saint promis par Dieu dans les oracles des prophètes et communiqué par le Christ. Benoît XVI a souligné ce rôle de l'Esprit Saint dans le culte rendu à Dieu par les baptisés en continuant son commentaire de saint Paul : « Le culte spirituel, dit saint Paul, comprend l'idée de service accompli en toute pureté d'esprit, et aussi celle d'adoration et de glorification du Dieu vivant. Nous sommes appelés à agir conformément à la foi et à la dignité humaine en nous laissant transformer de l'intérieur, pour accueillir la ‘nouveauté de vie', celle de l'Esprit Saint qui devient la norme de vie ».

A l'adresse des francophones le pape a ajouté cette salutation en reprenant l'exhortation de saint Paul : « Je suis heureux de vous saluer, chers pèlerins de langue française, et particulièrement vous tous qui venez du diocèse de Bordeaux. Que votre pèlerinage vous confirme dans votre engagement à servir Dieu par toute votre vie ! »

Anita S. Bourdin