Le défi de la foi en Colombie

Visite ad limina des évêques

| 1206 clics

Anita Bourdin

ROME, vendredi 22 juin 2012 (ZENIT.org) – Les défis de l’Eglise en Colombie, face aux défections au bénéfice d’autres groupes chrétiens, notamment, exige que les baptisés soient de « meilleurs croyants », plus conscients de leur responsabilité de « disciples du Christ », fait observer Benoît XVI.

Le pape a en effet reçu ce vendredi matin, 22 juin, au Vatican le premier groupes des évêques de Colombie à l’occasion de leur visite quinquennale ad limina.

Se purifier et fortifier la foi

Dans son discours, le pape a évoqué l’Année de la foi et il a souligné qu’il est « indispensable » de « raviver chez tous les fidèles leur conscience d’être des disciples et des missionnaires du Christ, en nourrissant les racines de leur foi, en fortifiant leur espérance et en revigorant leur témoignage de charité ».

Evoquant le Plan global de la Conférence épiscopale (2012-2020), le pape a aussi abordé la question du “pluralisme religieux croissant” qui caractérise l’Eglise en Colombie : “La présence de plus en plus active de communauté pentecôtistes et évangéliques, et pas seulement en Colombie, mais aussi dans de nombreuses régions d’Amérique latine, ne peut pas être ignorée ou sous-évaluée. Dans ce sens, il est évident que le peuple de Dieu est appelé à se purifier et à revivifier sa foi, en se laissant guider par l’Esprit Saint, pour donner un nouvel élan à son action pastorale”.

Voici le plan pastoral dessiné par Benoît XVI: “Il s’agit d’être de meilleurs croyants, plus pieux, plus affable et plus accueillants dans les paroisses et les communautés, afin que personne ne se sente loin ou exclu”.

La rencontre personnelle avec le Christ

Surtout, il invite les évêques à “favoriser la rencontre personnelle avec Jésus-Christ”, de façon à ce que les baptisés “prient sans faiblir, méditent assidûment la Parole de Dieu, et participent aux sacrements de façon plus digne et plus fervente”.

Cela nécessite un chemin “d’initiation chrétienne” qui invite chacun “à la conversion et à la sainteté” et “coopère au renouveau ecclésial si nécessaire”

Le pape recommande de “fortifier la catéchèse” et de prêter une “attention spéciale aux jeunes et aux adultes”, notamment dans la préparation des “homélies”, à « promouvoir l’enseignement de la doctrine catholique dans les écoles et les universités ».

L’objectif, souligne-t-il, est de faire « redécouvrir aux baptisés le sens de leur appartenance à l’Eglise » et que se « réveille en eux l’aspiration à partager avec d’autres la joie de suivre le Christ » et « d’être des membres de son corps mystique ». 

Plus encore, le pape recommande d’en « appeler à la tradition ecclésiale », « augmenter la spiritualité mariale », et soigner « la diversité des dévotionnelle ».

Pour l’attitude à tenir vis-à-vis des autres chrétiens, il convient, ajoute-t-il, de “faciliter un échange serein et ouvert avec les autres chrétiens, sans perdre leur identité, peut aider également à améliorer les relations avec eux et à surmonter les manques de confiance et les affrontements inutiles”.

Emigration, drogue et armes

Plus largement, le pape évoque “ceux qui se trouvent privés de liberté à cause de la violence inique”, il invite à “accompagner amoureusement et assister les personnes éprouvées, en particulier les victimes des désastres naturels, les plus pauvres, les paysans, les malades, les affligés” et à “multiplier les initiatives solidaires et les oeuvres d’amour et de miséricorde”.

“N’oubliez pas non plus ceux qui sont contraints d’émigrer parce qu’ils ont perdu leur travail”,  ceux dont les “droits fondamentaux” sont piétinés et sont “forcés de se déplacer” et à “abandonner leurs familles sous la menace de la main obscure de la terreur et de la criminalité”.

Enfin, le pape recommande à la sollicitude pastorale des évêques les personnes qui “sont tombées dans la filet néfaste du commerce de drogue, et d’armes”.

Il les encourage sur ce chemin de “service généreux et fraternel qui n’est pas le fruit d’un calcul humain, mais naît de l’amour de Dieu et du prochain”.