Le délégué du pape demande aux Légionnaires du Christ d'être patients

Il indique des étapes de renouveau et leur demande d'être reconnaissants pour leur vocation

| 2262 clics

ROME, Jeudi 22 juillet 2010 (ZENIT.org) - Après avoir transmis l'affection de Benoît XVI pour la Légion du Christ, le délégué du pape chargé de gouverner la Congrégation, a encouragé les Légionnaires à être patients en attendant la révision des constitutions et la tenue d'un chapitre général extraordinaire.

Mgr Velasio De Paolis, des Missionnaires de saint Charles Borromée, a été chargé par le pape de gouverner la Congrégation en son nom « pendant le temps nécessaire pour accomplir le chemin de renouveau ». Mgr De Paolis est président de la Préfecture pour les affaires économiques du Saint-Siège.

La Légion du Christ est actuellement accompagnée par l'Eglise pour un renouveau, à la suite des révélations sur son fondateur, le père Marcial Maciel. On a découvert en effet que celui-ci avait eu plusieurs enfants et qu'il s'était rendu coupable de différents délits.

Mgr De Paolis s'est rendu au siège de la Congrégation à Rome, le 10 juillet dernier et a remis aux supérieurs la lettre du pape le nommant délégué ainsi qu'une lettre personnelle dans laquelle il exprime ses propres pensées et recommandations pour les Légionnaires.

Dans cette note rédigée en italien, il souligne le souhait de Benoît XVI que le délégué pontifical travaille comme un « témoin tangible de sa proximité ». Il note le fait que le pape reconnaît la présence d'un « grand nombre de membres » de la Congrégation qui font preuve « d'un zèle sincère » et qui mènent une « vie religieuse fervente ».

L'archevêque précise que l'Eglise, inspirée non pas par des critères humains mais par ceux de l'Esprit, « contemple la belle réalité que vous constituez, que constitue votre congrégation ».

« A travers moi, le pape veut maintenant vous accompagner sur votre route, afin que, sans vous laisser décourager par les tristes événements du passé, vous trouviez la joie dans le présent, dans le don de la vocation religieuse, sacerdotale et missionnaire que vous avez reçue ».

Mgr De Paolis souligne que la vocation des Légionnaires « vient du Coeur du Christ, de son amour ». Il invite les prêtres et les séminaristes à rendre grâce à Dieu « pour le travail qu'il a accompli de différentes manières » et « pour sa bonté, sa miséricorde et sa fidélité ».

Le délégué pontifical a souligné que le « chemin de renouveau » indiqué par le Saint-Père est celui de « reconsidérer le charisme de l'institut, et plus concrètement, les normes constitutionnelles qui en sont l'expression et la garantie ».

Un chapitre extraordinaire va avoir lieu, a expliqué le prélat, pour approuver le nouveau texte des constitutions.

« Le chemin de renouveau », a souligné l'archevêque, « n'est pas pour remettre en question sa propre vocation mais plutôt pour la repenser profondément et renouveler son adhésion à cette vocation avec un nouvel esprit et une participation plus intense ».

Mgr De Paolis a affirmé qu'il était compréhensible que certains Légionnaires « traversent des moments difficiles, que certains (aient) déjà pensé à un chemin différent », mais il a souligné que « la vocation est une chose trop sérieuse pour que l'on puisse prendre une décision à ce sujet dans un moment où l'on se sent désemparé ».

L'évêque italien a recommandé de « retrouver la sérénité de l'esprit et de l'âme ».

« Soyons patients », a-t-il dit. « Avançons sur ce chemin de renouveau avec humilité et foi ».

« Votre vocation, comme votre Congrégation, est entre vos mains, confiée à votre responsabilité », a-t-il affirmé. « L'Eglise vous accompagne ; le Seigneur est miséricordieux et généreux : Il donne son Esprit sans mesure. Sa grâce vous précède, elle vous accompagne, et elle vous conduit au but ».

Mgr De Paolis a conclu en appelant les Légionnaires à se soutenir mutuellement par la prière, et en les confiant à la Mère de Dieu.

Il a expliqué que des détails seront fournis ultérieurement sur la manière dont le délégué devra remplir son rôle concrètement. « En attendant ces indications », a-t-il écrit, « nous pouvons déjà commencer notre chemin, soutenus par la confiance et la prière, et par la bénédiction du Saint-Père, et de nombreuses âmes bonnes qui vous estiment et apprécient votre travail dans l'Eglise ».