Le devoir des archevêques de se montrer "exemplaires et zélés"

Benoît XVI explique la signification du "pallium"

| 1162 clics

Anne Kurian

ROME, lundi 2 juillet 2012 (ZENIT.org) – Le pallium est "symbole d’unité", unité dont les archevêques doivent témoigner dans leurs communautés, en étant "exemplaires et zélés", a déclaré Benoît XVI.

Le pape a en effet rencontré, en la salle Paul VI du palais apostolique du Vatican, samedi 30 juin 2012, les 44 archevêques – ainsi que leurs proches – auxquels il a imposé le pallium le 29 juin.

Le pallium, rappelons-le, est cette bande de laine d’agneau, remise par le pape traditionnellement lors de la fête des apôtres Pierre et Paul, le 29 juin, aux archevêques métropolitains qui ont été nommés dans l’année.

Benoît XVI a salué les archevêques en différentes langues : italien, français, anglais, allemand, espagnol, portugais, et polonais.

Quatre évêques francophones étaient présents, dont trois Canadiens et un Français : Mgr Luc Cyr, archevêque de Sherbrooke, Mgr Paul-André Durocher, archevêque de Gatineau, Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal et Mgr Pascal Wintzer, archevêque de Poitiers.

« Le pallium est le symbole de l’unité qui lie les pasteurs des Églises particulières au Successeur de Pierre, Évêque de Rome », a rappelé Benoît XVI.

Le pallium indique aussi aux pasteurs « leurs responsabilités d’être exemplaires et zélés, riches d’amour pour tous, afin de guider le peuple de Dieu confié à leur sollicitude pastorale », a-t-il ajouté avant de donner « de grand cœur », sa bénédiction apostolique à tous les membres des quatre archidiocèses concernés.

Le pape a invité les archevêques, en italien, à porter dans leurs communautés « l’expérience d’intense spiritualité et d’authentique unité évangélique de ces journées ». Pour Benoît en effet, la célébration de la veille s’est déroulée dans un climat de « profonde communion ecclésiale » : la présence des archevêques métropolitains de différentes parties du monde, « manifeste de façon visible l’universalité de l’Eglise, appelée à faire connaître le Christ et à annoncer l’évangile sur tous les continents et dans toutes les langues », a-t-il souligné.

Cette expérience doit donc être témoignée, a-t-il dit, afin de « toucher le cœur des croyants » et qu’elle « se réverbère dans la société entière, en semant des traces de bien ». Le peuple chrétien, a ajouté le pape, doit avoir la « capacité de faire resplendir dans le monde, à travers le témoignage constant et limpide de chacun, la parole de vérité que le Seigneur Jésus a laissé en don ».

Benoît XVI les a assurés de sa « prière constante », afin que les archevêques accomplissent leur ministère « avec joie et fidélité », pour « édifier dans la charité les communautés diocésaines, en les soutenant dans le témoignage de la foi et en les aidant à toujours plus mettre en évidence l’enthousiasme renouvelé de la rencontre avec la personne du Christ ».