Le dimanche et la fête : pour Dieu, pour l'homme

Dieu a voulu lhomme « en liberté » explique le pape

| 1232 clics

Anita Bourdin

MILAN, samedi 2 juin 2012 (ZENIT.org) – Le dimanche et la fête sont pour la « liberté de l’homme » voulue par le Créateur, une liberté « les uns pour les autres », déclare Benoît XVI qui invite pour cela à défendre le dimanche. Mais pendant la semaine aussi, le pape invite les entreprises à laisser plus de « liberté » aux employés, pour qu’ils concilient davantage famille et travail, ce qui aura pur résultat qu’ils soient plus attachés à leur poste de travail !

La famille Rerrie, des Etats Unis, de New York, de Jay, d’origine jamaïcaine, comptable,  et Anna, sa femme, enseignante, et de leurs six enfants - de 2 à 12 ans -, a évoqué, lors de la veillée de Bresso, ce samedi 2 juin, leur course contre la montre, chaque jour, et la difficulté de concilier les exigences du travail – sans limite d’horaires – et des relations familiales.

Ils ont fait observer que toutes les entreprises ne facilitent pas la conciliation du travail et de la famille, mais  pour le pape non plus, a fait remarquer la jeune femme,  ce ne doit pas être facile non plus de concilier l’harmonie entre ses engagements et le repos : comment aider la famille à vivre les fêtes selon le coeur de Dieu ?

Benoît XVI a constaté qu’il s’agit d’une « grande question », et d’un « dilemme entre deux priorités », car le poste de travail est « fondamental » mais il faut essayer, a-t-il encouragé, de « réconcilier les priorités ». Pour cela le pape a indiqué trois pistes.

D’une part, il invite les entreprises à accorder « plus de liberté » à leurs employés, faisant observer que les entreprises qui le font voient que cette liberté accordée par l’entreprise « renforce l’amour pour le poste de travail ». Il invite « les employeurs à penser aux familles, à les aider pour que les deux priorités soient conciliées ». Un appel salué par les applaudissements.

Deuxième suggestion : le pape appelle à la « créativité » pour trouver « chaque jour » un « élément de joie », un geste « d’attention à la famille ». Il invite à « renoncer à sa volonté propre pour être ensemble en famille et partager aussi « les nuits et les obscurités » dont on a parlé et « penser à ce grand bien qu’est la famille », avec « une grande sollicitude chaque jour ».

Troisième élément que Benoît XVI recommande, pour concilier travail et famille, c’est « le dimanche ». Le dimanche et les fêtes sont, insiste le pape, « très importants ». « Le jour du Seigneur est, en tant que tel le jour de l’homme », dans « l’intention originale du Créateur », qui a voulu pour l’homme cette « liberté les uns pour les autres et pour Dieu ».

« Nous défendons la liberté de l’homme en défendant le dimanche et la fête » qui sont « pour l’homme », a conclu le pape.