Le dimanche, preuve de la Résurrection du Christ

Le pape commente l'Evangile de ce 15 avril

| 1320 clics

Isabelle Cousturié

ROME, dimanche 15 avril 2012 (ZENIT.org) –  «  La célébration du Jour du Seigneur est une preuve très forte de la Résurrection du Christ », a déclaré Benoît XVI, avant la prière du Regina Coeli, en IIe dimanche de Pâques et fête de la Miséricorde divine.

De la fenêtre de son bureau qui donne place Saint-Pierre, et en présence de milliers de pèlerins et fidèles, le pape a commenté l’Evangile de ce dimanche, relatant l’apparition du Christ ressuscité à ses disciples et à Thomas. 

Le Jour du Seigneur, a-t-il précisé, que l’on appelle « Dimanche », est « le jour de l’assemblée, de la communauté chrétienne qui se réunit pour célébrer son culte, c’est-à-dire l’Eucharistie », a précisé le pape, et ce culte, nouveau, « diffèrent de celui que célèbrent les juifs le samedi », seul un évènement « extraordinaire et bouleversant » pouvait inciter les chrétiens à l’adopter. 

Le culte chrétien est «  une rencontre essentielle avec le Seigneur » dont les signes, a poursuivi Benoît XVI,  permettent de « vivre l’expérience que les disciples ont vécue, c’est-à-dire de voir Jésus mais sans le reconnaître ; de toucher son corps, un corps vrai, mais délivré de tout lien terrestre.

 « La Paix soit avec vous ! », a répété plusieurs fois Jésus en se montrant aux apôtres réunis au Cénacle, a expliqué le pape : le « shalom » traditionnel qui, du fait de la Résurrection du Christ, prend une dimension nouvelle. Elle devient, a-t-il expliqué, « don de cette paix que seul Jésus peut donner, car fruit de sa victoire radicale sur le mal ». « Fruit de l’amour  de Dieu », a poursuivi Benoît XVI, c’est cette paix qui « a conduit Jésus à mourir sur la croix, à verser tout son sang, tel un Agneau humble et docile, plein de grâce et de vérité », et c’est pourquoi le bienheureux Jean-Paul II, en dédiant ce dimanche après Pâques  à la Miséricorde divine, a voulu une icône bien précise: « celle du côté transpercé du Christ, d’où sortirent sang et eau », comme le rapporte l’apôtre Jean.