Le droit à la santé est un droit universel, affirme le Saint-Siège

Intervention de Mgr Tomasi devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU

| 1914 clics

ROME, Lundi 17 mars 2008 (ZENIT.org) - Le droit à la santé est un droit universel pour tous les êtres humains dès leur conception jusqu'à leur mort naturelle, réaffirme le Saint-Siège. 

Mgr Silvano Maria Tomasi, Observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations unies à Genève, a rappelé la vision de l'Eglise sur cette question fondamentale, lors de son intervention à la septième session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, qui se déroule dans la ville suisse jusqu'au 28 mars. 

Le représentant du Saint-Siège, qui a fait le lien entre le droit à la santé et le développement, rappelant les paroles que le pape avait adressées au nouvel ambassadeur américain, Mary Ann Glendon, a entre autre insisté sur la nécessité impérative « d'œuvrer pour le développement intégral des peuples », seul garant d'un « avenir plus sûr pour la famille humaine ». Et ce travail, a-t-il dit, suppose « une assistance sanitaire adéquate » pour tous et « l'élimination des pandémies comme celle du SIDA ». 

Citant la constitution de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Mgr Tomasi a expliqué que la définition du mot santé suppose un état de « total bien-être physique, mental et social » et non « une simple absence de maladies ». 

C'est pourquoi, après avoir insisté sur la nécessité de garantir l'accès à l'assistance spirituelle, le représentant du Saint-Siège, a souligné le rôle fondamental qui doit être reconnu aux organisations religieuses dans le renforcement des infrastructures sanitaires.

« Il arrive souvent que ces organisations, en offrant leur assistance sanitaire aux secteurs les plus pauvres de la population et aux habitants des zones rurales, assument des responsabilités importantes ». 

Malheureusement, a-t-il dénoncé, ces organisations sont très souvent exclues des programmes d'action et/ou des plans de financement, essentiels à l'exercice de leurs activités liées aux situations de pandémies ( SIDA, paludisme, tuberculoses, et autres maladies) qui affligent les tranches de population les plus pauvres de la société.