Le "feu" des nouveaux évangélisateurs à l'ère post-communiste

Par Mgr Baxant évoque la situation en Tchéquie et en Moravie

| 1010 clics

Anita Bourdin 

ROME, samedi 13 octobre 2012 (ZENIT.org) – Les nouveaux évangélisateurs, en l’ère post-communiste, n’ont pas besoin d’être nombreux, mais enflammés pour communiquer aux autres le feu, estime Mgr Baxant.

Mgr Jan Baxant, évêque de Litomerice, en République tchèque, est en effet intervenu lors de la 3e congrégation générale du 9 octobre.

« La nouvelle évangélisation est pour la République tchèque une bonne solution et une occasion. Pendant de longues décennies de régime communiste rien n’a été dit de positif sur le Christ et on ne pouvait même pas en entendre parler », rappelle l’évêque.


Il affirme le besoin, en Tchéquie et en Moravie, de « nouveaux évangélisateurs, qui soient fidèles et de cohérents disciples du Christ pour la nouvelle évangélisation ».


Il fait observer que le communisme n’est pas venu à bout de la foi et que l’art aujourd’hui interpelle les jeunes : « Les racines chrétiennes n’ont pas été complètement extirpées. Ceux qui vivent en proximité d’oeuvres d’art chrétiennes ne peuvent pas ne pas les percevoir, mais bien au contraire ils demandent des réponses à leurs questions, par exemple: “Pourquoi nos ancêtres ont-ils construit tout cela avec un tel zèle?”
 »

Il constate un nouveau mouvement intellectuel : « Dans notre milieu pastoral tchèque et morave, on observe la multiplication de différentes écoles publiques et ecclésiales, d’universités et d’instituts scientifiques. Il est intéressant de constater que dans ces institutions se réveille l’intérêt pour les valeurs spirituelles et leur étude.


« Pour ces cas-là, conclut-il, il n’est pas nécessaire qu’il y ait tout de suite de nombreux évangélisateurs. Mais il est important qu’ils soient ardents de zèle pour embraser les autres ».