Le grand rabbin de Rome remercie Jean-Paul II de sa "proximité spirituelle"

Prière de réparation pour la profanation de tombes juives

| 812 clics

CITE DU VATICAN, Lundi 22 juillet 2002 (ZENIT.org) - Le grand rabbin de Rome remercie Jean-Paul II de sa "proximité spirituelle, lors d'une prière de réparation pour la profanation de tombes juives du cimetière romain du Verano survenue la semaine passée, dans la nuit de mercredi à jeudi.



Jean-Paul II a fait parvenir un télégramme de solidarité avec la communauté juive en condamnant cet acte comme "ignoble" ( cf. ZF020719).

Ce lundi soir après-midi, la communauté juive de Rome a offert une prière de réparation, ouverte à tous, à la grande synagogue de Rome: «nos portes sont ouvertes à tous ceux qui veulent témoigner solidarité et proximité", disait le grand rabbin de Rome, Riccardo Di Segni.

Le rabbin a exprimé à Jean-Paul II la "gratitude de toute la communauté juive" pour sa "proximité spirituelle" avec les familles affectées par cette profanation et pour sa condamnation de cet "acte ignoble", exprimée dans le télégramme adressé au rabbin Di Segni à cette occasion et publié par la salle de presse du Saint-Siège et L'Osservatore Romano.

Jean-Paul II a e effet condamné comme "ignobles" les profanations de tombes juives à Rome, ainsi que l'antisémitisme qui les inspirent. Il exprime sa "préoccupation" devant la répétition de tels gestes en Europe et ailleurs.

Dans un télégramme signé par le cardinal secrétaire d'Etat Angelo Sodano, le pape Jean-Paul II adresse un message au grand rabbin de Rome, Riccardo di Segni, pour exprimer sa solidarité alors que des tombes juives ont été profanées au cimetière romain du Verano, dans la nuit du 18 au 19 juillet.

Jean-Paul II, disait le télégramme "condamne fermement des actes aussi ignobles et les sentiments anti-juifs qui les inspirent".

"En apprenant la nouvelle déplorable de la profanation de tombes de la communauté juive de Rome", disait encore ce télégramme, Jean-Paul II est "profondément attristé par ce geste détestable, qui prolonge une série d'événements analogues qui ont eu lieu avec une fréquence préoccupante en Europe et sur d'autres continents".

Jean-Paul II désirait donc, continuait le télégramme, "faire parvenir aux familles frappées dans leurs affections et dans leur dignité, l'expression de sa proximité spirituelle".

Le pape les assurait de "son souvenir dans la prière afin que le Très-Haut accorde réconfort à ceux qui souffrent et paix éternelle aux défunts de cette communauté qui lui est chère".