« Le marché doit servir la famille humaine »

Intervention de Mgr Tomasi à l'OMC

| 1112 clics

ROME, lundi 19 décembre 2011 (ZENIT.org) – « Le marché doit servir la famille humaine », titre Radio Vatican qui propose cette synthèse de l’intervention de Mgr Silvano M. Tomasi à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

« La famille humaine n’a pas été créée pour servir le marché, c’est le marché qui a été créé pour servir la famille humaine. Si ce principe est respecté, même si les temps sont durs, l’espoir remplacera la peur » : c’est le coeur du message adressé par Mgr Tomasi, nonce apostolique, et observateur permanent du Saint-Siège aux Nations Unies et auprès des autres organisations internationales à Genève, à l’occasion de la 8e session de la conférence ministérielle de l’OMC (15-17 décembre 2011).

Dans un contexte marqué par la crise de la dette dans la zone euro avec toutes ses conséquences économiques et sociales pour les populations principalement européennes, Mgr Tomasi met en garde contre les effets négatifs de politiques d’austérité qui menaceraient la croissance, résume Radio Vatican.

Il souligne surtout les effets de ces décisions sur les « plus faibles qui sont les plus pénalisés », et en tout premier lieu les « jeunes adultes et les pauvres qui sont confrontés à une forte aggravation de l’inégalité dans tous les pays ».

Mgr Tomasi n’hésite pas non plus à critiquer clairement la tentation protectionniste de certains Etats. Il affirme que cette voie « n’entretient que l’illusion de bénéfices à court terme et empêche dans le même temps d’évidents gains sur le long terme ».

Au-delà de ces considérations économiques, Mgr Tomasi rappelle que l’économie « a besoin de prendre en compte le fait qu’elle est au service de l’homme ».

« Le Saint-Siège, en de nombreuses occasions, a appelé l’attention de tous sur l’urgence d’une réflexion nouvelle et approfondie sur le sens et les objectifs de l’économie et d’une révision prévoyante de la finance mondiale et de l’architecture commerciale afin de résoudre les problèmes de fonctionnement et de distorsions », ajoute Mgr Tomasi.

© Radio Vatican