Le martyre, même par des gants blancs

Homélie du 30 juin, fête des martyrs de Rome

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 450 clics

Aujourd’hui, de très nombreux martyrs rendent témoignage au Christ et à l’Evangile par un martyre sanglant : « ils donnent leur vie pour la foi » et il est « juste de penser à eux », déclare le pape François. Même les martyrs des "gants blancs"...

Le pape a en effet présidé la messe, ce lundi matin, 30 juin, à Sainte-Marthe au Vatican, en la fête des saints martyrs de Rome.

Ceux-ci ont souffert le martyr sur ordre de l’empereur Néron après l’incendie de Rome en 64, provoqué par lui, mais attribué aux chrétiens, transformés en torches vivantes.

« Il est vrai qu’au temps de Néron il y a eu tant de chrétiens persécutés, mais aujourd’hui nous n’en avons pas moins », a déclaré le pape.

Il a ajouté : « Aujourd’hui, regardons cette Eglise de Rome qui grandit, irriguée par le sang des martyrs. Mais il est juste également que nous pensions aux si nombreux martyrs de notre époque, qui donnent leur vie pour la foi ».

Même par des gants blancs

« De nos jours, il y a tant de martyrs, dans l’Eglise, tant de chrétiens persécutés. Pensons au Proche-Orient, à ces chrétiens qui doivent fuir des persécutions, à ces chrétiens tués par les persécuteurs. Mais aussi pensons à ces chrétiens chassés de manière élégante, avec les gants blancs. Là encore, c’est de la persécution. Aujourd’hui, nous avons plus de témoins, plus de martyrs dans l’Eglise que durant les premiers siècles. Et durant cette messe, faisons mémoire de nos glorieux prédécesseurs, ici à Rome, et à nos frères qui vivent aujourd’hui persécutés. »

Il a fait observer que, fécondée par le sang des martyrs, l’Eglise a grandi grâce à la « force de l’Esprit Saint » et au « témoignage des chrétiens ».

L’Esprit Saint donne la croissance
Et d’expliquer : « Nous savons qu’il n’y a pas de croissance sans l’Esprit : c’est Lui qui fait l’Eglise, c’est Lui qui fait grandir l’Eglise, c’est Lui qui convoque la communauté de l’Eglise. Mais le témoignage des chrétiens est également nécessaire. Et quand le témoignage arrive à l’extrême, quand les circonstances historiques nous demandent un témoignage fort, alors il y a les martyrs, les témoins plus grands. Et cette Eglise est imprégnée du sang des martyrs. Et voilà la beauté du martyre : il commence par le témoignage, jour après jour, et il peut finir comme Jésus, premier martyr, premier témoin, le témoin fidèle : par le sang ».

Commentant l’Evangile, le pape a souligné les conditions nécessaires à un témoignage authentique rendu au Christ et à l’Evangile : « Il doit être sans condition » et « fort, décidé, avec ce langage que Jésus nous indique : « Que votre langage soit oui, oui, non, non ». Voilà le langage du témoignage ».