"Le oui prononcé par un Dieu dans la nuit de l´esprit de son humanité"

Prédication de carême au Vatican

| 609 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 15 mars 2002 (ZENIT.org) - "Le oui prononcé par un Dieu dans la nuit de l´esprit de son humanité pour racheter la rébellion des hommes", à Gethsémani, a été le thème de la prédication de carême de ce vendredi au Vatican.



Le P. Raniero Cantalamessa, Capucin, prédicateur de la Maison pontificale, a tenu la troisième prédication de carême en présence de Jean-Paul II et des membres de la curie romaine ce matin dans la chapelle Redemptoris Mater du Vatican.

"L´angoisse de Jésus n´est pas causée par la simple prévision des tourments, expliquait le P. Cantalamessa: Jésus sentit sur ses épaules le péché, tout le péché du monde. Il ne les avait pas commis mais ils étaient "siens" parce qu´il les avaient assumés librement: "Il a porté nos péchés dans son corps" (1 Pt 2,24). Et le péché provoque l´éloignement de Dieu. Jésus fait l´expérience de la nuit obscure de l´esprit. Mais ce fut son oui humain prononcé par un Dieu dans la nuit de l´esprit de son humanité qui a racheté la rébellion des hommes depuis Adam. Gethsémani ne s´achève pas par une défaite, mais par la victoire, la plus grande victoire de l´histoire".

Il nous est alors possible à nous aussi de dire oui, continuait en substance le prédicateur, lorsque nous sommes tentés de lutter avec Dieu "lorsqu´il te demande quelque chose que ta nature n´est pas prête à lui donner, ou lorsque son agir devient incompréhensible et déconcertant".

"Jésus, en proie à l´angoisse, priait plus intensément. Il prie pour plier sa volonté à celle de Dieu". Le P. Cantalamessa recommande: "Lorsqu´en toi tout est un cri de rébellion, ou un tumulte de pensées et de sentiments hostiles à tes frères, va devant le tabernacle, ou devant un crucifix et mets-toi simplement à genou. Tu as mis tes rébellions sous les pieds de Jésus. Par ce seul geste du t´es déjà rangé de son côté".

Le prédicateur concluait en souhaitant à chacun la force de tout donner au père, et de dire: "Non pas ma volonté mais que ta volonté soit faite".