Le P. Cervellera achève son mandat à la direction de Fides

La persécution contre l’Eglise augmente ces dernières années

| 135 clics

CITE DU VATICAN, Lundi 29 avril 2002 (ZENIT.org) - Le P. Bernardo Cervellera , missionnaire de l’Institut Pontifical des Missions étrangères de Milan (PIME) achève son mandat à la direction de "Fides", l´agence pontificale des œuvres missionnaires de la congrégation pour l´Evangélisation des peuples. Il rappelle qu´au cours de ces années on a vu "augmenter la persécution contre l’Eglise dans de nombreuses parties du monde" et l´intérêt pour la mission "ad gentes": le site de Fides est visité par plus d´un million de personnes chaque mois.



L´annonce de son départ a été faite ce matin par le P. Cervellera dans un adieu aux lecteurs publié sur le site Internet de Fides. Un hommage unanime est rendu au P. Cervellera par les media catholiques, en particulier par l´agence missionnaire italienne Misna et Radio Vatican où le P. Cervellera a fait de nombreuses interventions au cours de ces années. Le service quotidien des dépêches de Fides, qui s´appuie sur un réseau ecclésial de contacts directs dans le monde entier, a largement nourri Zenit ces dernières années: Merci, Père Bernardo! Le P. Cervellera attend sa prochaine mission. Le cardinal Sepe n´a pas encore annoncé le nom de son successeur.

"A la fin du mois d’avril se termine mon travail comme directeur de Fides, écrit le directeur de l´agence missionnaire. Les drames de la Terre Sainte et la grave situation de Bethléem ont reculé d’un peu mon départ. Mais il est temps désormais de saluer tous les lecteurs qui, durant ces années, nous ont suivis avec amitié et intérêt", écrit le missionnaire qui depuis des années se bat au service de l´information missionnaire et de l´Eglise persécutée.

"Depuis le mois de mars 1997, écrit-il, cinq années ont passé, très intenses, qui ont vu augmenter la persécution contre l’Eglise dans de nombreuses parties du monde. Des idéologies communistes, fondamentalistes et l’ethnocentrisme ont rendu plus actuel encore le martyre dans la vie des chrétiens. Fides a toujours été proche de toutes les expériences de souffrance, de la Chine à l’Indonésie, du Pakistan au Rwanda, du Mexique à la Colombie. Le martyre a toujours été célébré par Fides non comme scandale, mais comme preuve de la bonté du christianisme, comme signe de l’amour plus fort que la mort, de l’espérance pour la société mondiale. Là où il y a le martyre chrétien, fleurit aussi l’amour pour l’homme, pour la vérité, pour le développement, pour la culture.

Pour ce qui est du développement de "Fides", marqué sous sa direction par la mise en place d´un service quotidien à côté du bulletin hebdomadaire, le P. Cervellera rappelle: "Durant ces cinq années, Fides a connu des développements importants. Elle est devenue un point discret de référence grâce au soin, à l’honnêteté et au caractère actuel de l’information, grâce au soin à apporter au monde la voix du Pape et à apporter au Pape la voix du monde et des Eglises. Le support technique d’Internet a facilité la mission de l’Agence dans les media, selon la culture des media, et donc avec l’intelligence et le coeur attentifs à l’aujourd’hui".

Sous la direction du P. Cervellera, Fides s´est entre autres enrichi d´un site qui a connu un développement spectaculaire avec en particulier les pages en Chinois, en Russe et en Arabe: le "miracle de Fides", explique le missionnaire. "Le site www.fides.org, explique le P. Cervellera, visité par plus d’un million de personnes par mois, a des éditions en différentes langues, français, anglais, italien, espagnol, allemand, russe, arabe, chinois, portugais".

Le P. Cervellera lui-même missionnaire en Chine souligne: "Avec l’Eglise de Chine, souterraine et officielle (parce qu’elles sont plus unies qu’on ne le pense), il y a désormais un dialogue constant ; avec des dizaines de Conférences Episcopales, d’Oeuvres Pontificales, de journalistes, de monastères, il y a un lien stable".

"Mais le miracle de Fides, continue le P. Cervellera, n’aurait pu se faire, sans le dévouement des rédacteurs, des traducteurs, et de tout le personnel qui a toujours vu clairement un fait : publier, écrire, éditer, sont les déclinaisons du verbe "évangéliser"."

Il termine son au-revoir par ce regard sur l´avenir: "Je suis certain que la grande clairvoyance du Cardinal Sepe et mon successeur sauront se servir de l’équipe de Fides, conserver et renforcer son style, fait de vérité simple et d’amour envers le Christ et envers l’Eglise, qui ne prétend obtenir aucune récompense pour soi-même. Précisément, la vérité et l’amour expérimenté à Fides, avant les restructurations voulues par le Cardinal Sepe ou avant les demandes de mes supérieurs, me poussent à aller vers de nouvelles frontières: "Il y a de nombreuses demeures dans la maison de mon Père" (Jn 14,2)".

Quelques éléments biographiques
Né le 20 août 1951 à Grottaglie (Tarante), émigré à Milan où il obtint le doctorat en philosophie à l’Université Catholique, entré eu séminaire du PIME (Institut Pontifical des Missions Etrangères), il a été de 1978 à 1979 rédacteur en chef de "Mondo e Missione", la revue mensuelle du PIME. Parti pour Hongkong, il a travaillé à Taïwan, Hongkong, au Vietnam, pour l’agence du PIME, Asia News.
En 1996, il passa une année à Pékin, en travaillant au contact avec les étudiants.
En 1997, le Cardinal Tomko l’appela à diriger l’Agence Fides.
Il a à son actif de nombreux voyages et séjours en Moyen-Orient, en Extrême-Orient. Il a publié deux ouvrages : " Libano, la pace futura ", EMI 1987 ; " God is on woman’s side ", Hongkong, 1995, sur la Conférence de l’ONU à Pékin sur la Femme.