Le P. Lombardi explique pourquoi le pape a choisi de rester à Castel Gandolfo

| 1920 clics

ROME, Vendredi 8 juillet 2011 (ZENIT.org) – Pour la deuxième année consécutive, le pape Benoît XVI a choisi de se reposer à Castel Gandolfo. Dans un entretien à Radio Vatican, le P. Federico Lombardi s.j., directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, explique pourquoi il a, selon lui, fait ce choix.

Benoît XVI est arrivé hier vers18h00, en hélicoptère, à la résidence papale estivale située à une trentaine de kilomètres au sud de Rome. Peu de temps après son arrivée il est apparu au balcon du palais apostolique pour saluer la petite foule qui s'était rassemblée pour lui souhaiter la bienvenue.

« Je commence mes vacances, a-t-il déclaré. Ici, je trouve tout : la montagne, le lac, la mer, une belle église avec une façade rénovée, et de braves gens. Je suis heureux d'être ici. Espérons que le Seigneur nous permette de passer de bonnes vacances ».

Le P. Lombardi a expliqué que Castel Gandolfo a « certainement l'avantage d'un lieu connu », d'un lieu « aménagé pour une présence normale du Saint-Père », « tranquille », « plus frais que Rome », avec des jardins où il peut se promener, des endroits adaptés au « travail intellectuel » ainsi qu'à la prière.

« Nous savons très bien que le pape n'est absolument pas une personne qui perd son temps : c'est une personne qui profite intensément de son temps, même quand il se repose », a-t-il souligné.

Le P. Lombardi raconte qu'il avait un jour été surpris par les paroles du secrétaire du pape, qui lui avait dit très spontanément : « C'est en étudiant et en écrivant sur la théologie, les Saintes Ecritures, que le pape se repose le mieux car ce sont les sujets qui le passionnent le plus ».

« Je crois que le pape est aussi conscient du fait que du point de vue de l'organisation, de la logistique, de la sécurité, son séjour à Castel Gandolfo est la solution la plus simple pour tant d'autres personnes aussi », a-t-il affirmé.

Le P. Lombardi a également rappelé que le choix de Castel Gandolfo est sans aucun doute aussi motivé par les déplacements prévus cet été : la Journée mondiale de la jeunesse en août à Madrid, le voyage à Ancône, en septembre, pour la fin du Congrès eucharistique italien, et l'important voyage en Allemagne, fin septembre.

Il a également souligné que le pape doit finir « sa grande œuvre sur Jésus de Nazareth ».

« Il nous a dit qu'il souhaitait la compléter avec un troisième volume, certes plus bref, sur l'enfance, sur les Évangiles de l'enfance. Il a déjà commencé à y travailler dans ses moments libres, ces derniers mois, mais ce sera probablement le moment d'achever cette œuvre ou au moins de l'avancer de manière décisive », a commenté le P. Lombardi.

Le directeur de la salle de presse a enfin rappelé que la prière dominicale de l'Angélus se poursuivra depuis Castel Gandolfo « de la cour du Palais apostolique, un cadre différent de celui de la grande place, plus recueilli, où les gens se sentent aussi plus proches du Saint-Père qui se trouve à quelques dizaines de mètres d'eux », ce qui donne une ambiance « familiale » à ce rendez-vous.

Il a expliqué que les audiences générales reprendront au moins d'août, probablement aussi à Castel Gandolfo, sauf si la foule est trop importante. Dans ce cas, elles auront lieu au Vatican. L'activité du pape reprendra avec une plus grande intensité en septembre, même si le pape ne rentre en général au Vatican que fin septembre.

Gisèle Plantec